Nancy
Les Nancéens avaient de quoi sauter de joie après leur victoire face à Lorient (2-1) | AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Les condamnés ne veulent pas mourir

Publié le , modifié le

La 22e journée de Ligue 1 samedi a été marquée par la réaction des mal classés qui ont montré qu'ils n'entendaient pas être confinés dans la zone rouge sans se battre jusqu'au bout. Troyes a signé sa 3e victoire de la saison devant Brest (2-1) et Nancy, qui n'avait plus gagné depuis la première journée est venu à bout (2-1) de Lorient qui laissé passé sa chance de s"installer à la 4e place du classement derrière l'intouchable trio.

Du coup, la situation devient un peu plus indécise en bas de tableau, puisque Nancy revient à six points, et Troyes à quatre points d'Evian-Thonon, premier non relégable, qui n'a pu faire mieux qu'un laborieux match nul avec Ajaccio (1-1). Brest (14e) devient à son tour sous la menace, tout comme Sochaux, battu (2-0) à Montpellier sur un terrain difficile. 

Le champion de France a bien réagi après trois défaites consécutives toutes compétitions confondues face à Rennes, Marseille et ces mêmes Sochaliens, qui ont ruiné ses ambitions respectivement en Coupe de la Ligue, dans la course au podium en Ligue 1 et en Coupe de France.  L'équipe de René Girard, encore amoindrie par huit absences en particulier au milieu de terrain, a livré une prestation cohérente pour asseoir sa supériorité en marquant par Herrera et Utaka. Sochaux, qui restait sur une série inédite de quatre succès, subit un coup d'arrêt, recule à la 16e place, et voit sa situation s'assombrir.

Toulouse en manque d'inspiration

Toulouse, venu pour ne pas perdre, est finalement reparti avec un point de son déplacement à Reims. Les Rémois qui n'ont pourtant plus gagné depuis 14 matches ne s'en tirent finalement pas si mal même si à cette allure là, ils vont avoir du mal à s'en sortir. Le TFC pensait avoir fait le plus dur en ouvrant la marque par Capoue, idéalement servi par Tabanou, Mais le Rémois ont égalisé par  Krychowiak à un quart d'heure après une erreur de défense toulousaine. Reims aurait même pu l'emporter si Courtet n'avait pas manqué son pénalty cinq minutes plus tard.

Nancy et Troyes reprennent espoir

Si les Rémois n'y arrivent plus, leurs voisins champenois ont repris espoir en s'imposant face à des Brestois qui ont du mal à exister face à la furia des Troyens, plus que jamais décidés à enfin prendre des points face à un concurrent direct.  Ce sont les Troyens qui ont fait l'essentiel du jeu et pris les initiatives. Solides en défense,  ils  trouvaient l'ouverture juste avant la pause grâce un superbe coup franc travaillé de Camus, qui dans un angle fermé surprenait Thébaux (44e). Ils doublaient la mise un peu plus tard. Sur un déboulé de Camus côté droit, Darbion ajustait Thébaux, resté figé sur sa ligne (54e). A 2-0 les hommes de Jean-Marc Furlan continuaient d'attaquer tous azimuts. Un pêché de gourmandise sanctionné par l'opportunisme de Ben Basat, qui s'engouffrait dans la surface et résistait à Jarjat avant de glisser hors de portée de Thuram (61e). Malgré tout les Troyens cette fois ne craquaient pas et tenaient un succès mérité.

Nancy, qui ne comptait jusque-là qu'une victoire en L1 acquise face à Brest le 11 août lors de la journée inaugurale, a mis fin à sa série en battant Lorient, qui restait sur deux victoires consécutives. Sur la lancée de leur qualification en coupe de France à Nice, les Nancéiens se sont présentés avec beaucoup d'envie, se manifestant vers par une débauche d'énergie pour dompter le sort. Alo Efoulou leur donnait l'avantage à la 36e minute alors que le gardien lorientais Audard était un peu statique. Les Bretons égalisaient dès le début de la 2e période sur une action personnelle d'Aliadière menant rondement une contre-attaque après un ballon perdu par les Lorrains. Ceux-ci ne se décourageaient pas por autant et repartaient de l'avant. Après une erreur d'appréciation d'Audard: le gardien breton, gêné par Jeanvier, sortait mal sur le coup-franc de Grange et Puygrenier se jetait pour pousser le ballon au fond (71). 

Evian a une nouvelle fois manqué l'occasion de s'éloigner de la zone de relégation en concédant le match nul (1-1) contre Ajaccio. Les Corses ont frappé les premiers en profitant d'une erreur individuelle du défenseur brésilien Bétao. Le contrôle raté de la nouvelle recrue Haut-Savoyarde en provenance du Dynamo Kiev permettait à Johan Cavalli de rentrer dans la surface et de servir idéalement Dennis Oliech qui marquait son premier but pour son premier match sous les couleurs ajacciennes (0-1 ; 36e).  Evian égalisait au retour des vestiaires par Daniel Wass. Ce nul n'arrange au fond aucune des deux équipes.