Didier Quillot LFP
Le directeur général de la LFP Didier Quillot ne s'inquiète pas quant à l'avenir de la Ligue 1 | PATRICK KOVARIK / AFP

Les clubs français sont à nouveau dans le rouge

Publié le , modifié le

Après une parenthèse en 2015/2016, les clubs de L1 et de L2 sont à nouveau déficitaires à hauteur de 101 millions d'euros pour la saison 2016/2017 en raison de l'achat de joueurs, selon les chiffres dévoilés vendredi par la DNCG, le gendarme financier du football français.

Les clubs de Ligue 1 accusent un résultat net négatif de 93 millions d'euros et ceux de Ligue 2 de 8 millions d'euros en 2016/2017, des chiffres qui s'expliquent principalement par des achats de joueurs supérieurs aux ventes. Le président de la DNCG, Jean-Marc Mickeler, évoque toutefois une "photo en trompe-l'oeil", qui ne révèle pas la dynamique d'investissements des clubs français et "une gestion extrêmement disciplinée de l'ensemble des coûts engagés par de nombreux clubs".  "Les fondamentaux vont dans le bon sens", estime également le directeur général de la Ligue, Didier Quillot, qui souligne que les résultats d'exploitation (hors transferts de joueurs), bien que toujours négatifs, ont progressé de 50 millions d'euros.
 

"Le résultat net est négatif, mais ce n'est pas une surprise ni une mauvaise nouvelle. Le marché français est à l'achat et les clubs investissent pour des joueurs", a-t-il expliqué en rappelant les arrivées de Julian Draxler au PSG pour 38 millions, Dimitri Payet à Marseille pour 30 millions et Memphis Depay, à Lyon pour 16 millions hors bonus.  Après sept saisons dans le rouge, les clubs français avaient retrouvé des résultats positifs en 2015/2016 (+ 3 millions d'euros) en grande partie grâce à la vente de joueurs à l'étranger. Les clubs français "sont un peu drogués au marché des transferts", avait d'ailleurs concédé Henri Tcheng, le précédent président de la DNCG.
 

Avec AFP