Ibrahimovic PSG ASSE
Zlatan Ibrahimovic (PSG) | PHILIPPE DESMAZES / AFP

Les bons comptes du PSG, vainqueur de Saint-Etienne

Publié le , modifié le

Le Paris Saint-Germain a mis fin à la série de douze matchs sans défaite de Saint-Etienne en s'imposant à Geoffroy-Guichard grâce à un penalty de Zlatan Ibrahimovic lors de la 22e journée de Ligue 1 (0-1). Un succès qui permet au PSG de revenir à égalité de points avec Marseille et à quatre unités du leader lyonnais.

Le PSG a assuré l'essentiel. Sans briller, le club de la capitale a su profiter de la frilosité des Verts pour distancer leurs adversaires du soir, désormais relégués à quatre points, tout en fondant sur l'OM et Lyon grâce à une quatrième victoire consécutive. Pas la plus probante, certes, mais une de celles qui comptent à la fin d'une saison. 

Les résultats et le calendrier de la Ligue 1

En l'absence de Van der Wiel, blessé, Laurent Blanc avait positionné le Brésilien Marquinhos à droite alors que l'ASSE s'avançait sans Sall et Pogba, également indisponibles. Hormis ces retouches, les deux équipes disposaient de leurs armes habituelles mais le froid ambiant (zéro degré) avait visiblement gelé les ambitions de chacun. Seul le Chaudron était finalement à la hauteur de sa réputation en ce début de match, en dépit d'un spectacle assez terne. Un tir dans les tribunes de Mollo côté vert (13e), une possession de balle nettement supérieure pour les Parisiens, mais en dehors de cela, pas grand chose à signaler entre le 3e et le 4e du championnat. En dépit d'un milieu de terrain omniprésent à la récupération, le PSG ne parvenait pas à inquiéter Ruffier, la complicité entre Ibrahimovic et Cavani ne faisant qu'alimenter les débats quant au manque d'affinités entre le Suédois et l'Uruguayen. 

Zlatan se retrouve

Dès la reprise, les Stéphanois semblaient sporadiquement retrouver les vertus qui leur permettaient de surfer sur une série de 12 matchs sans défaite mais ces éclairs étaient encore trop éparses pour une équipe de ce standing. Le PSG et Zlatan Ibrahimovic, opportunistes en diable, en profitaient. Après une première occasion pour le géant scandinave, repoussée par Ruffier qui détournait la frappe croisée, "Ibra" prenait sa revanche sur penalty après une main dans la surface de Clément à la minute suivante ! Malgré les sifflets, malgré les projectiles et les lasers dans les yeux, l'attaquant parisien ne tremblait pas (0-1, 60e) et mettait fin à une disette de 462 minutes sans marquer. Et il confirmait par la même occasion que Saint-Etienne était l'équipe qui lui réussissait le mieux avec un 8e but en trois saisons contre les Verts. 

Quelques instants plus tard, Ibrahimovic frôlait le doublé mais Baysse, magnifiquement revenu, sauvait le peuple vert (70e). Puis, quand les défenseurs étaient battus, ainsi que leur gardien, c'était la barre transversale qui s'en mêlait, empêchant un lob subtil de Cavani de terminer au fond des filets (76e). En pareil cas, un tel manque d'efficacité finit toujours par nuire à celui qui manque le break mais cette fois le PSG évitait le retour de bâton et réalisait une sacrée opération comptable. 

Déclarations :

Laurent Blanc (entraîneur du PSG):  "Nous sommes satisfaits de la victoire et à mon avis le contenu est bon. Je trouve que l'équipe a affiché un bon niveau. Même si en première période, nous  n'avons pas été dangereux, nous avons maîtrisé face à une équipe qui refusait  le jeu. Cela nous a servi après la mi-temps. Nous avons alors su être  dangereux. Nous avons eu quelques occasions qui auraient pu faire mal à  Saint-Étienne. Nous étions venus avec des intentions et la victoire n'est pas  illogique. Je regrette le geste d'Edinson Cavani (lob sur la barre), qui était  presque parfait. On peut toujours être exigeant. Je le suis. Gagnons tous les  matches 1-0 à l'extérieur et ce sera déjà bien. Nous nous focalisons sur notre  parcours à nous. Nous devons prendre des points. Le parcours des autres, nous nous y intéressons aussi. Il fallait prendre des points à Saint-Etienne, un  endroit où il est difficile de gagner ou de prendre des points. Il y a des matches compliqués, certes, mais ces deux dernières années, nous n'avons pas à nous plaindre contre les Stéphanois. Je ne sais pas si c'était un match charnière".

Christophe Galtier (entraîneur de Saint-Étienne) : "J'ai trouvé mon équipe trop timide en première période pour pouvoir inquiéter cette équipe parisienne. On peut toujours avoir peur de la qualité de cette formation mais la peur n'amène jamais rien de bon. Sur la première période, nous avons vraiment manqué d'enthousiasme et de générosité. Quand nous avons été menés au score, l'équipe s'est lâché et a joué sans  retenue et a moins respecté l'adversaire. Sur le penalty, l'arbitre a peu de  temps pour décider. Il a sifflé. On ne peut pas y revenir. Je suis déçu du manque d'investissement de certains joueurs. Quand on a la chance de jouer un grand match, le 3e contre le 4e, on doit avoir un autre investissement. Je  m'aperçois en essayant différentes associations, je me retrouve avec les mêmes problèmes. Je prends acte de ce que j'ai vu pour prendre des décisions  différentes sur la prochaine composition d'équipe en dépit des absences. Mevlut Erding a été très moyen, très en dedans. Je suis déçu. Par rapport au match de  coupe de la Ligue, nous n'avons pas vu le même Saint-Étienne. Il y a dix jours, nous nous étions créés plus d'occasions".

Julien Lamotte