Neymar PSG Guingamp
Le Brésilien Neymar a fait ses grands débuts en Ligue 1 sur la pelouse du stade Roudourou à Guingamp. | FRED TANNEAU / AFP

Les 5 infos à retenir de la 2e journée de Ligue 1

Publié le , modifié le

Que d'émotions lors de cette seconde journée de Ligue 1 ! Entre un classement qui commence doucement à se dessiner, la débâcle du Losc de Marcelo Bielsa, les débuts tant attendus de la nouvelle tête d'affiche du championnat et le triplé de Falcao sous les yeux d'un Kylian Mbappé scotché sur le banc monégasque, cette deuxième journée du championnat de France aura été riche en rebondissement.

1. Le classement : Les favoris gardent le cap

Le classement commence à se dessiner. Sans surprise, mais avec panache, les gros ont répondu présents. Lyon, Paris, Monaco, Marseille et Saint-Etienne sont les 5 seuls clubs à avoir glanés 6 points lors de leurs deux premières rencontres de championnat. Si Paris (3-0) et Monaco (4-1) ont écrasé leurs adversaires dominicaux, l’OL (1-2), les Verts (0-1) et l’OM (0-1) ont eu plus de mal à asseoir leur domination. Mais le résultat est là et la course au titre paraît déjà lancée.

2. Neymar éblouit Guingamp

Le moins que l’on puisse dire est que, pour sa grande première, Neymar n’a pas déçu. Titularisé à gauche du trident offensif parisien, l’attaquant-qui-valaît-222-millions a répondu aux attentes de ce PSG tout de jaune vêtu. Et c’est peu dire si elles étaient nombreuses : 183 pays diffuseurs, un stade Roudourou plein à craquer (18 378 spectateurs, record d’affluence battu) et des demandes d’accréditation parvenues du monde entier. Pour quel résultat ? Une passe décisive à Cavani (62e) et un but (82e) en plus d’une omniprésence tout au long de la rencontre avec 128 ballons touchés pour un titre d’homme du match. Réaction de l’intéressé ? « Les gens pensent que quitter le Barça, c’est mourir, mais non, c’est le contraire : je suis plus vivant que jamais ». De (très) bon augure pour la suite.

3. Lille et ses 3 « gardiens » sombrent à Strasbourg

Ce 13 août 2017 restera dans les annales du foot-burlesque. Le Losc de Marcelo Bielsa promettait du spectacle, les 25.000 supporteurs du Stade de la Meinau ont été servis. Mais pas pour les bonnes raisons. Dès la 19e minute de jeu, Lille comptait déjà deux blessés, Mendes (12e) et Malcuit (19e) ont dû être remplacés sur blessure. La dernière cartouche de l’entraîneur Lillois a été utilisée à la 38e minute, « El loco » jugeant – avec raison - que son latéral-gauche Ballo-Toure était aux abonnés absents. Seulement, les Lillois n’avaient plus le droit à l’erreur. Et surtout pas celle qui allait se produire : à la 62e minute de jeu, le gardien Maignan poussait Corgnet afin de jouer rapidement son six-mètres. En réponse, le Strasbourgeois mettait un coup dans le ballon que tenait le gardien Lillois, qui, pour se faire justice, lui lançait sur la tête. Exclusion. A 10 contre 11 et sans portier, Nicolas De Préville se voyait contraint d’enfiler les gants. Mais ne devient pas gardien qui veut. 12 minutes plus tard, Strasbourg ouvrait le score sur corner et Amadou, le capitaine Lillois, prenait la place de De Préville dans ses cages pour devenir le 3e gardien du jour. Deux buts plus tard, à 3-0, le cauchemar alsacien pouvait prendre fin avec, à la clé, un match aussi surprenant que traumatisant pour les hommes du Nord.

4. Monaco enchaîne à Dijon malgré Mbappé sur le banc

Le petit prodige du Rocher a annoncé vouloir rejoindre le Paris-Saint-Germain. Au coup d’envoi du match face à Dijon, Kylian Mbappé a subit la foudre de ses dirigeants, n’enlevant pas son survêtement de la rencontre, une punition confirmée par Leonardo Jardim : « Ne pas le faire débuter, c’est la décision du club. On s’est rendu le match facile et j’ai donné leur chance à d’autres joueurs pour la construction de l’effectif », argumentait l’entraîneur monégasque à la fin du match. Sur le terrain, son absence n’a pas manqué outre mesure. Diakhaby, aligné aux côtés du Colombien Radamel Falcao, a bien assuré l’intendance. Mais c’est bien le numéro 9 qui a éclaboussé la pelouse du stade Gaston-Gérard de son talent offensif. Et ce, dès la 3e minute, où il reprenait habilement une tête de Glik. Puis s’empressa de mettre un doublé sur un beau décalage de son binôme du soir avant d’entériner la victoire des champions de France en titre d’une tête sur un corner de Lemar et de s’offrir son second triplé en Ligue 1. Score final, 4 à 1. Impérial.

5. Nice n’y arrive pas

Décidément, le début de saison de l’OGC Nice a des airs de montagnes russes. Après une magnifique qualification en barrage de Ligue des Champions face à l’Ajax Amsterdam, puis une défaite (1-0) à Saint-Etienne lors de la première journée de championnat, les Aiglons devaient se reprendre. Il n’en a rien été. Dans son Allianz Riviera azuréenne chauffée par plus de 24 000 spectateurs, l’équipe de Lucien Favre a été tenue en échec par le promu Troyes (1-2) et n’a pas marqué le moindre point en Ligue 1. Le moins que l’on puisse dire est que ce résultat est tout sauf rassurant avant de se déplacer au bouillant San Paolo de Naples.