Leproux remercié, Leonardo intronisé

Publié le , modifié le

Sans surprise, le président du PSG, Robin Leproux, a été démis de ses fonctions à l'issue d'un conseil de surveillance et laisse Leonardo s'imposer comme le nouvel homme fort du club parisien. Le Brésilien a été officiellement nommé mercredi directeur sportif, sorte de manager général à l'anglaise, aux pouvoirs élargis.

Robin Leproux a indiqué qu'il était révoqué et n'était donc plus président du PSG, à la sortie d'un conseil de surveillance dessinant le nouvel organigramme du club.  "Quand on vient au PSG, pour son développement on est de passage. Ma première déclaration va au futur du PSG. J'ai essayé avec les équipes que j'ai dirigées de développer ce club et de travailler le plus sérieusement possible. Du fond du coeur, j espère que l'équipe dirigeante aura un formidable succès", a seulement lâché Leproux à la sortie.

La révocation de Leproux, président du PSG depuis septembre 2009, a préparé logiquement le terrain pour Leonardo , pressenti depuis mi-juin pour un poste de super-manager.  Le transfert de pouvoir, et le transfert tout court de Leonardo , ex-entraîneur de l'Inter Milan, a été officialisé peu après par le conseil de surveillance du club "Son arrivée est un moment très important, c'est le signe fort d'une volonté de mettre des moyens au service du club", s'est félicité Simon Tahar, le président de l'association PSG.

Le Qatar Sports Investments, présidé par Nasser Al-Khelaifi, qui possède 70% du club parisien depuis le 30 juin, instaure donc une nouvelle gouvernance et un nouvel organigramme taillé pour Leonardo. Quatre jours après avoir entamé les discussions à Londres avec le président du QSI et le prince héritier du Qatar Tamim Al-Thani, et après avoir soufflé le chaud et le froid, le Brésilien a donc vu ses conditions acceptées

Les pleins pouvoirs pour Leonardo
L'ex-entraîneur de l'Inter Milan avait en effet clairement exposé à ses futurs employeurs qu'il ne reviendrait dans le club de la capitale française -où il a évolué lors de la saison 96/97- qu'une fois l'avenir de Leproux scellé. Une source proche du dossier interrogée jeudi dernier avait décrypté : "Leonardo ne veut pas travailler avec Leproux, il veut les pleins pouvoirs". En clair, Leonardo ne veut recevoir d'ordres que du Qatar et ne veut pas d'un contre-pouvoir au sein du club parisien. Le temps pressait. En l'absence de Leonardo, le club parisien n'avançait plus pendant le mercato estival. Sans lui, les agents de joueurs ne savaient vers quel interlocuteur fiable se tourner. Pour l'heure, le PSG s'est contenté de prolonger des joueurs maison en vue (Sakho) et de recruter des valeurs sûres de L1 (Gameiro et Douchez).

Les nouveaux propriétaires du club ont donc décidé d'agir et Leonardo a donc été entendu. "Je suis vraiment heureux car j'ai été choisi par des personnes qui ont vraiment envie de faire quelque chose de spécial. Je suis content de faire partie de ce projet", s'est-il d'ailleurs félicité devant la presse au Parc des Princes.

AFP