Leonardo - PSG
Leonardo, l'ex directeur sportif du PSG | AFP - BERTRAND GUAY

Leonardo : Qu'Aulas "laisse Zlatan tranquille"

Publié le , modifié le

Le directeur sportif du PSG, Leonardo était très remonté dans les colonnes de l'Equipe contre Jean-Michel Aulas. Le président de l'OL ne s'était pas gêné de montrer du doigt Zlatan Ibrahimovic après son violent accrochage avec Dejan Lovren.

C'est un coup de crampons qui fait des vagues. L'accrochage entre Zlatan Ibrahimovic et Dejan Lovren au cours de la rencontre Paris et Lyon, le 16 décembre est encore sur toutes les lèvres. Ce mardi, c'est le quotidien sportif l'Equipe qui en fait sa une, permettant à Leonardo, le directeur sportif du PSG, de répondre aux déclarations de Jean-Michel Aulas. Rappel des faits. Au cours de la rencontre au sommet de la L1, dimanche dernier, l'avant-centre de la capitale avait essuyé ses crampons sur la tête du défenseur rhodanien. Geste volontaire ou non ? La commission de discipline de la LFP décidera de convoquer ou non Zlatan jeudi prochain en vue d'une éventuelle sanction.

"Mais il est qui, lui, pour juger ?"

En attendant, Jean-Michel Aulas s'est déjà fait une opinion : le geste est "volontaire". Au terme de la rencontre il a lui-même demandé à ce que la commission de discipline s'intéresse au cas du Suédois aux 17 buts cette saison en L1. Un recours utilisé afin de sanctionner la star parisienne, qui n'avait pas même reçu un avertissement lors de la rencontre.

La contre-attaque de Leonardo n'a pas tardé à arriver. Pour lui, cette requête d'Aulas est un abus de pouvoir. "Mais il est qui, lui, pour juger ? Sur les questions d'arbitrage, c'est une chose de discuter des points de règlement. Mais juger de l'intention d'un joueur sur un geste précis, ça n'a rien à voir ! C'est impossible de se prononcer sur une intention". Et d'ajouter, pour tenter d'expliquer la polémique déclenchée par Aulas : "Tout ce qu'il veut, c'est faire diversion par rapport au mauvais résultat de son équipe." Un peu plus loin, l'ancien milieu du PSG dans les années 90 revient à la charge : "Qu'il laisse Zlatan tranquille ! C'est trop facile de vouloir le pointer du doigt !" Coupable ou pas Zlatan ? Ce dont on est sûr c'est que Leonardo sait mouiller le maillot pour défendre son poulain. En attendant la prochaine réplique d'Aulas. L'accrochage entre Ibrahimovic et Lovren n'a pas fini de faire parler.