Leonardo Inter Milan 122010
Leonardo | AFP - GIUSEPPE CACACE

Leonardo n'est pas encore au PSG

Publié le , modifié le

La venue de Leonardo au PSG en qualité de directeur sportif, annoncée depuis maintenant plusieurs semaines, n'est pas encore chose faite. Le Brésilien a confirmé jeudi lors d'une conférence de presse à Milan, qu'il négociait avec le club parisien mais il a précisé qu'il restait encore beaucoup "de choses à discuter" avec les actionnaires qatariens du PSG et qu'il ne savait "pas combien de temps cela allait durer".

Laissé libre depuis vendredi dernier par l'Inter Milan dont il était l'entraîneur, Leonardo a ajouté qu'il avait entrepris des négociations il y a quatre jours avec les responsables de Qatar sports investments (QSI), entité qui vient d'entrer à 70% dans le capital du club parisien. Les nouveaux dirigeants du PSG semblent entretenir le flou sur ce dossier.

"En France, on dit Leonardo, il arrive, il n'arrive pas... Mais j'ai  parlé avec les dirigeants et il y a tant de choses à voir, à discuter, je ne sais pas combien de temps cela va durer", a détaillé le Brésilien, ancien joueur du PSG (1996-97). Du côté des responsables des nouveaux actionnaires, on ne veut rien dire. Ces derniers ont juste évoqué des discussions avec Leonardo, mais sans entrer dans les détails concernant les conditions de sa venue, son rôle exact sur le plan sportif et dans l'organigramme du club.

"J'ai très peu à dire sur le PSG, je suis parti de Paris il y a 14 ans, j'ai une vie à Milan, a souligné Leonardo un peu dubitatif. J'ai été très bien au PSG, ma vérité, c'est qu'il y a peu à dire sur le Paris SG. Je ne connais pas la réalité du club, je ne sais pas qui ils veulent acheter, je ne connais pas les joueurs... Je n'ai rencontré les nouveaux propriétaires qu'il y a deux jours (après avoir commencé à discuter avec eux il y a quatre jours)".  Et de glisser au passage: "cela fait quinze ans qu'ils  n'ont pas de très bons résultats".

"Je n'exclus pas d'être à la tête du Paris SG le 6 août (reprise de la L1) mais je n'exclus pas le contraire", a ajouté le Brésilien. "Les dirigeants parisiens m'ont parlé de leur projet. Ils m'ont fait une proposition. La seule chose qu'ils m'ont dit: "On te veut avec nous. On n'a pas parlé de chiffres. Il n'y a rien d'autre."