Lens-Martel: "Mammadov a mouillé le maillot en apportant du cash"

Lens-Martel: "Mammadov a mouillé le maillot en apportant du cash"

Publié le , modifié le

Gervais Martel, le président du RC Lens qui devrait être accepté en L1 après avoir reçu vendredi le feu vert du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), a révélé samedi que l'actionnaire majoritaire azerbaïdjanais du club Hafiz Mammadov avait contribué à cette issue positive "en apportant du cash". Le président lensois s'adressait aux journalistes au Touquet, en marge d'un match amical de préparation perdu par son équipe face à Caen (4-2) dans la station balnéaire du Pas-de-Calais.

Cette décision du CNOSF est un soulagement?
Gervais Martel:
"C'est plus qu'un soulagement. Il y a de la joie mais pas d'euphorie. Le CNOSF a rendu un avis favorable sur un dossier qui a été bien étayé. Mais c'est le comité exécutif de la Fédération qui se prononcera lundi. Il y a de quoi être largement optimiste. J'ai toujours eu confiance. Heureusement, on a un super mec comme Hafiz" (Mammadov).
   
Vous avez rencontré M. Mammadov à Londres?
GM:
"On a travaillé 41 heures de suite. Hafiz était un peu étonné de voir que si on ne répondait pas à un certain nombre de points, la décision aurait été terrible. Il commence à bien percuter sur les méandres et les difficultés des organisations juridiques du foot. Je savais qu'Hafiz allait faire quelque chose au dernier moment".
   
Quel geste a-t-il fait?
GM:
"Il a mouillé le maillot en amenant du cash. C'était une décision importante à faire, essentielle. Il en a apporté un certain nombre, mais ce n'est pas le plus important. Le budget de Lens sera garanti sur l'année. Et il n'est pas impossible qu'Hafiz refasse un geste en janvier avant le mercato".

"Objectif 10e place"   

Quel sera le budget du club?
GM:
"Moi aussi j'ai du mal à m'y retrouver. La DNCG ne veut plus qu'on parle des recettes avec des ventes de joueurs. Je peux juste vous dire que le budget des dépenses sera de 46 millions d'euros".
   
Quel sera l'objectif du club cette saison?
GM:
"La dixième place. C'est l'objectif déposé à la DNCG et au CNOSF. Il va  falloir s'accrocher car on va jouer 38 matches à l'extérieur (le stade Bollaert  est en travaux, ndlr). Il faut se retrousser les manches".
   
Avez-vous des pistes pour renforcer l'équipe?
GM:
"A partir de demain on va essayer de concrétiser certains dossiers. On a perdu deux joueurs en dernière minute (le défenseur Marcel Tisserand, qui a rejoint Toulouse, et le prometteur gardien Alphonse Areola, qui s'est engagé avec Bastia). Je ne leur en veux pas. On a un groupe avec un mental exceptionnel et on va essayer de le renforcer. On a déjà des noms. On va recruter quatre ou cinq joueurs de qualité et évidemment on va remplacer Alphonse" (Areola).

"Kombouaré sera l'entraîneur"​   

Antoine Kombouaré va-t-il rester entraîneur?
GM:
"Oui, il sera là lundi. Je vous ai déjà dit que je n'étais pas d'accord  avec sa décision (il boycottait). Il sera sanctionné, car on ne peut pas rester absent pendant un mois. Mais c'est mon problème. Je sais qu'il n'est pas resté  sans travailler. Maintenant il faut rattraper le temps perdu".
   
Allez-vous rester président?
GM:
"Dire que je vais quitter Lens ça devient une rumeur. Ca peut faire  rire, mais à un moment ça devient lourd. J'espère que l'équipe Martel-Mammadov  va continuer. Le reste, ça dépasse l'entendement".
   
Votre image a beaucoup souffert de cette affaire. Comment le vivez-vous?
GM:
"Dans cette affaire je n'ai dit que la vérité, toute la vérité, rien que  la vérité. Des gens ne m'apprécient pas, mais c'est leur problème. D'autres  savent que je ne lâche rien pour le club et que je ne me suis pas battu depuis  vingt-cinq ans pour laisser tomber l'affaire. Avec les dirigeants et Mammadov, le maillot on l'a mouillé ces derniers jours. Ce qui est important, c'est la finalité".

AFP