Lens Lille Hermach Hazard 112010
Le derby du nord entre Lens et Lille | AFP - DENIS CHARLET

Lens au charbon !

Publié le , modifié le

Felix-Bollaert est au bord l'implosion depuis que son club chéri est tombé dans un puits dans fin. Noyé dans des guerres intestines, Lens a lâché Jean-Guy Wallemme pour installer Laszlo Bölöni sur le banc. Sèchement battu par Paris en Coupe de France (5-1), le Racing doit maintenant sauver sa peau en Ligue 1 en disputant dix-neuf matches de coupe. Cela commence samedi face à St-Etienne lors de la 20e journée. Laurent Banide fera lui ses débuts avec Monaco à Auxerre.

Le bal des débutants

Faire table rase du passé et instaurer l'esprit commando pour six mois, ce sont les figures imposées du côté de Lens et de Monaco. Il faut dire que le début du mois de janvier a été fort agité du nord au sud. Pris en tenaille dans le conflit larvé entre Daniel Leclercq, Jacques Santini et Michel Etorre, Jean-Guy Wallemme s'est retrouvé désarmé. Pendant que les différents interlocuteurs tirent à boulets rouges dans la presse, la gestion du groupe est revenue au Roumain Laszlo Bölöni. Après la défaite 5-1 à Paris en Coupe de France, il mesure déjà la difficulté de la tâche. "Quand j'ai signé je savais que c'était difficile mais je ne savais pas ce que cela voulait dire. Maintenant que je suis à l'intérieur, je sais toujours que c'est difficile mais je sais mieux ce que cela veut dire", a indiqué Bölöni qui attend une réaction de ses joueurs contre un Saint-Etienne revigoré et presque au complet. Dans la même position la saison dernière, les Verts avaient réussi à se sauver en faisant confiance au Christophe Galtié. Le copier-coller est-il envisageable dans des clubs qui se ressemblent ? Tout dépendra du contexte et des premières minutes de jeu.

Sur le Rocher, l'ASM s'est rasé la moustache. Sur le fil du rasoir depuis plusieurs semaines, Guy Lacombe a finalement été remercié au lendemain d'une piteuse élimination en Coupe (à Chambéry, 1-1, 3 t.a.b 2) et remplacé par Laurent Banide, ancien pompier monégasque (2006-2007). L'incendie menace encore la pinède de Louis-II même si le club est non relégable. Banide prône un jeu offensif pour sortir Monaco de la crise. Un discours qui devrait plaire aux joueurs, désireux de tourner définitivement la page Lacombe. "Le club est 17e à l'heure actuelle, le reste, on s'en tape, lâche le capitaine Ruffier en faisant allusion à la mise à l'écart de Lacombe. Le truc, c'est le terrain. Cela fait une semaine que je ne parle pas. Cela m'énerve. Toute la semaine, on m'a appelé pour ça. Faites un effort aussi de votre côté", a poursuivi Ruffier face à la presse. Les joueurs feront le reste ? Pour son retour, Banide aura droit à un déplacement difficile à Auxerre. les Bourguignons ne sont jamais l'adversaire idéal pour démarrer une série. A Caen, Franck Dumas est toujours en place malgré une 18e place. Dans la course au maintien, le voyage à Brest donnera le ton de 2011. A quand le réveil ?

Quel forme pour les ténors ?

Le sprint final n'est pas encore lancé mais les points perdus vont commencer à coûter cher en haut du tableau. Lille, qui compte toujours un match en moins, démarre son année 2011 à Nice. Un déplacement délicat chez les Aiglons, tombeurs de Marseille au Ray (1-0). On se souviendra aussi que Nice avait obtenu le nul 1-1 au Stadium Nord en août. Mais le Losc de cet été n'avait pas encore démarré sa saison. Stoppé par la trêve, Lyon espère lui reprendre sa belle série (12 matches sans défaite) en recevant Lorient à Gerland. Bonne nouvelle pour Puel, l'infirmerie s'est vidé en même temps que passait la nouvelle année. "Ce qui est important est de rester à portée et d'être là pour le sprint final, raconte le coach rhodanien. C'est l'équipe qui sera la plus régulière et présente dans les quatre ou cinq dernières journées qui aura le titre. Les équipes se placent et les meilleures, qui jouent le titre, sont là. Pour moi, le sprint est déjà lancé". Et Lyon a retrouvé l'appétit.

Dauphins de Lille avec l'OL, Paris et Rennes sont repartis sur d'excellentes bases grâce à la Coupe (5-1 contre Lens et 7-0 face à Cannes). Ils seront largement favoris contre Sochaux et Arles-Avignon. Une belle occasion de mettre la pression d'entrée sur Marseille, St-Etienne, Brest ou encore Bordeaux qui cherchent à accrocher le bon wagon. Dans le venter mou, un succès de Toulouse et de Montpellier, respectivement contre Nancy et Valenciennes, ne ferait que resserrer un championnat déjà très compact. Le plein d'équipes concernées oui. Le plein de buts, trois fois oui. Quoi ? Noël est déjà passé !