Pedro Henrique
L'attaquant rennais Pedro Henrique en match de préparation face au Borussia Monchengladbach | CHRISTOF STACHE / AFP

Le Stade Rennais veut s’exiler du ventre mou

Publié le , modifié le

Habitué à jouer les premiers rôles il y a encore quelques saisons, le Stade Rennais n’est plus que l’ombre de lui-même. Cette nouvelle saison sera peut-être la bonne pour tenter de tutoyer à nouveau les places européennes et redorer l’image d’un club qui, dans l’inconscient collectif, ne soulève plus réellement les foules.

L’objectif ​: place au jeu ?

Trois ans déjà que le club breton végète dans le ventre mou de la Ligue 1. 9e l’année dernière, 12e et 13e les deux saisons précédentes, les exercices se suivent et se ressemblent. Alors que l’effet Montanier, arrivé il y a deux ans, se fait toujours attendre, le club ne visera toujours pas les sommets du championnat comme ce fut le cas il y a quelques saisons. L’objectif principal sera de redorer le blason d’une équipe qui a perdu en crédibilité ces dernières saisons avec un jeu ennuyeux, seulement illuminé par les quelques coups de folies de Paul Georges Ntep. Pas contrarié par des objectifs élevé de la part de ses dirigeants, Philippe Montanier pourrait profiter de sa troisième saison sur le banc rennais pour 

Le joueur à suivre : Paul-Georges Ntep

Meilleur joueur rennais l’année dernière (9 buts, 7 passes décisives), Paul-Georges Ntep tentera de confirmer sa bonne saison après avoir choisi de rester en Bretagne alors que les courtisans ne manquaient pas cet été (Monaco et Liverpool notamment). Un choix pour confirmer, mais aussi avec en ligne de mire le prochain Euro. Lui qui a honoré sa première sélection en juin dernier face à la Belgique espère bien être la surprise des 23 de Didier Deschamps en mai prochain. Mais sérieusement blessé en juillet, il ne sera pas de retour avant septembre, voire plus. Une absence qui pourrait coûter cher aux Rennais, qui sans la vista, l’efficacité et le coup de reins de leur poulain, perdrait leur atout offensif numéro 1. Il n’y a plus qu’à prier pour que l’ancien Auxerrois refoule le plus rapidement possible la pelouse du Roazhon Park. 

 Paul-Georges Ntep
Paul-Georges Ntep

L’entraineur : Philippe Montanier

Arrivé en Bretagne avec de belles promesses après sa quatrième place acquise avec la Real Sociedad, les supporters rennais attendaient beaucoup de ce coach reconnu pour ses idées et son projet de jeu. Deux ans plus tard, la patte Montanier se fait toujours attendre. Avec un effectif pléthorique cette saison (33 joueurs) et encore de possibles arrivées dans le secteur offensif, le technicien breton ne devrait pas manquer de solutions. À lui désormais de mettre enfin en place un projet de jeu ambitieux. Ce sera sûrement sa dernière chance. Car la patience dont il bénéficie de la part des dirigeants rennais ne sera pas éternelle.

La recrue : Giovanni Sio

Habitué des demi-saisons en Ligue 1 (Sochaux de janvier à juin 2013 ; Bastia de février à juin 2015), Giovanni Sio souhaite enfin se poser. Et c’est à Rennes que l’attaquant de 26 ans a choisi de s’installer. Formé chez le rival nantais, l’Ivoirien connaîtra avec Rennes son huitième club déjà et arrive avec de grandes ambitions. « Je suis très content de pouvoir signer au Stade Rennais. Le challenge qui m’a été proposé me convenait. Le club est très compétitif, a envie de progresser. » À lui de venir épauler Paul-Georges Ntep sur le front d’une attaque rennaise bien pauvre la saison dernière (17e attaque de Ligue 1).

Le tweet

Le débat était vif depuis plusieurs années, le président René Ruello a fini par trancher. Fini le Stade de la Route de Lorient. Suite à une vaste consultation auprès des supporters au printemps dernier, le Stade Rennais évoluera désormais au Roazhon Park. Un nom qui permet de renforcer l’identité du club selon les dires de ses dirigeants, tout comme les sièges désormais aux couleurs du club rennais. 

Mathieu Aellen