Reims OM
David NGog s'élève au-dessus de Nicolas Nkoulou, et Reims prend la tête de la Ligue 1 | AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN

Le Stade de Reims punit un OM sans inspiration

Publié le , modifié le

Pour son premier match depuis la démission de Marcelo Bielsa, la formation phocéenne, sans solution offensive et réduite à dix après l’expulsion de Romao, a été battue ce dimanche face à une séduisante équipe de Reims (1-0). Après deux journées de Championnat, le compteur de l’OM reste bloqué : zéro point, zéro but. Les Rémois, eux, prennent provisoirement la tête de la Ligue 1 !

Les journées se suivent et se ressemblent pour l'OM en ce début de saison. Défaits par Caen puis lâchés par Marcelo Bielsa le weekend passé (1-0), les Marseillais de Franck Passi ont quitté la pelouse du Stade de Reims, ce dimanche, avec le même sentiment d'impuissance et de frustration. Trop rarement dangereux en attaque, trop fébriles en défense, ils ont logiquement cédé en début de match sans jamais pouvoir remonter la pente. Le secteur offensif (Florian Thauvin, Romain Alessandrini, Lucas Ocampos et Michy Batshuayi) a particulièrement déçu, statique, sans inspiration. Après deux journées, le moral des Olympiens est déjà en berne. 

Traoré, première!

En revanche, Reims est sur un nuage en ce début de saison. Ce deuxième succès d'affilée pour entamer l'exercice 2015-16 (une première depuis son retour dans l'élite il y a quatre ans) lui permet même de se hisser en tête du classement, à égalité avec Caen! Ce dimanche, les hommes d'Olivier Guégan ont une nouvelle fois séduit, notamment dans l'engagement. Le seul but de la rencontre, inscrit par la recrue estivale Hamari Traoré, est d'ailleurs symbolique de l'état d'esprit des Rémois : sur un corner repoussée par la défense des locaux, le latéral malien devançait un Michy Batshuayi passif, contrôlait de la poitrine et enchaînait instinctivement avec une jolie reprise du droit (14e). Son premier but sous ses nouvelles couleurs. Imparable.

Le bloc défensif rémois a parfaitement tenu son rôle durant le reste de la rencontre, l'OM se montrant lui bien trop maladroit pour embêter le portier Kossi Agassa. Mais les locaux auraient même pu aggraver le score si Steve Mandanda n'avait pas sorti deux belles parades (29e, 61e). Les Marseillais ne s'étaient plus inclinés à Reims depuis 1976. Ils n'ont toujours pas marqué le moindre but depuis la reprise du Championnat. Et la venue de Troyes, dimanche prochain au Vélodrome, s'annonce déjà décisive pour cet OM sans repère, sans point... et sans coach.