Le PSG s'envole en tête de la Ligue 1
Le PSG s'envole en tête de la Ligue 1 | Valery HACHE / AFP

Le PSG s'impose face à Monaco et s'envole en tête de la Ligue 1

Publié le , modifié le

Pour ce choc de la 14e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain n'a pas manqué l'occasion de creuser l'écart en tête du championnat en s'imposant face à Monaco (2-1). Les Parisiens, qui auraient pu s'éviter une fin de match stressante en se montrant plus réalistes, assurent l'essentiel en prenant neuf points d'avance sur l'ASM et sur l'Olympique Lyonnais.

Le match : Monaco n'a fait​ qu'illusion

Il y a tout juste un an, on se délectait du duel à trois entre un Nice surprenant leader et un Monaco au coude à coude avec le mastodonte parisien, avant que les joueurs de Leonardo Jardim ne s’envolent vers un 8e titre de champion de France. Un an plus tard, le choc entre le tenant du titre et son dauphin a perdu en saveur. La faute à un Paris Saint-Germain supérieur techniquement et collectivement ce dimanche soir à Louis-II et aura rapidement pris le dessus sur des Monégasques qui ne seront jamais rentrés dans leur match.

Face à la MCN, Leonardo Jardim avait choisi d’aligner une défense à 5 pour essayer de contenir la furia offensive des parisiens. Le plan du Portugais n’aura finalement tenu que 20 minutes. Le temps pour Kylian Mbappé (2e) et Julian Draxler (8e) de croquer les premières occasions parisiennes avant qu’Edinson Cavani, étrangement seul dans les six mètres, ne reprenne un bon ballon du milieu allemand pour inscrire son 22e but cette saison toutes compétitions confondues (1-0, 19e). Neymar, qui a trouvé le poteau en début de seconde période (47e), finira par faire le break sur un penalty qu’il a lui-même obtenu (2-0, 52e).

Etouffés par le milieu parisien et sans inspiration, les Monégasques n’auront jamais vraiment eu l’occasion de mettre en danger Alphonse Aréola. Il aura fallu un coup-franc détourné de Joao Moutinho (2-1, 80e) pour voir les joueurs de Leonardo Jardim redonner un semblant de suspense à un match que les parisiens auraient dû tuer bien plus tôt. Mais Kylian Mbappé, peu en verve pour son retour à Louis-II (voir par ailleurs), Draxler (42e), Rabiot (68e), Cavani (75e) ont manqué de justesse dans le dernier geste pour s’éviter une fin de match stressante. Mais l’essentiel est là pour les joueurs d’Unai Emery : neuf points d’avance sur Monaco et l’Olympique Lyonnais et un pas de géant vers un nouveau titre de champion de France.

Le joueur : la soirée sans de Kylian Mbappé

Sifflé pour son retour à Louis-II, Kylian Mbappé avait à coeur de briller face à son ancien club. Avec 52 ballons touchés et 4 tirs, le joueur de 18 ans a été l'un des parisiens le plus en vue ce soir mais a manqué de réussite comme rarement auparavant. Dès la 2e minute, Mbappé dribblait Subasic pour s'ouvrir le but mais fusillait le panneau publicitaire plutôt que les filets. Une première occasion à l'image du match du jeune prodige, qui aura martyrisé son ancien coéquipier Andrea Raggi sans pour autant se montrer efficace devant le but. Bis repetita en seconde mi-temps : son petit piqué était détourné du bout des doigts par Subasic (47e) avant de voir sa frappe fuir le cadre sur un bon service de Cavani (73e). Probablement obnubilé par son envie de marquer, Mbappé aurait également pu parfois choisir la passe plutôt que l'option individuelle, à l'image de sa frappe hors-cadre alors que Neymar était seul au point de penalty (70e). Comble de l'histoire, c'est lui qui détourne le coup-franc de Moutinho qui aura permis à Monaco de réduire la marque.

Mathieu Aellen