A Nice, Javier Pastore, le milieu de terrain du PSG, a signé un doublé.
A Nice, Javier Pastore, le milieu de terrain du PSG, a signé un doublé. | AFP

Le PSG se remet la tête à l’endroit

Publié le , modifié le

Un doublé de Javier Pastore et un penalty d’Edinson Cavani ont permis au PSG de s’imposer à Nice (1-3) et de reprendre provisoirement les commandes de la Ligue 1. Les Parisiens comptent un point d’avance sur Lyon, qui accueillera Saint-Etienne dimanche soir (21h00). L’équipe de Laurent Blanc peut se tourner vers son quart de finale retour de Ligue des champions, face au Barça.

Trois ans et demi. Voilà trois ans et demi que Javier Pastore n’avait plus signé un doublé avec le PSG. Celui inscrit samedi, à Nice, a remis les têtes parisiennes à l’endroit. A commencer par celle d’Edinson Cavani. Tout un symbole, le très discuté buteur uruguayen a parachevé le succès de son équipe à l’Allianz Riviera (1-3).

Voilà comment l’équipe de Laurent Blanc s’est réinstallée provisoirement dans le fauteuil du leader de Ligue 1, avec un point d’avance sur Lyon. Provisoirement, car l’OL reprendra les commandes dimanche soir s’il sort vainqueur de son voisin et rival stéphanois, en clôture de cette 33e journée.

Pastore a des jambes

En attendant, Paris a donc tourné la page de sa déroute barcelonaise du milieu de semaine (1-3). Tout ne fut pas brillant, loin de là. Surtout en première période. Et il lui en faudra plus, beaucoup plus, pour forcer les portes d’une qualification pour les demi-finales de la Ligue des champions, mardi, chez le leader de la Liga. Au Camp Nou, le PSG retrouvera Marco Verratti et Zlatan Ibrahimovic. Thiago Motta pourrait aussi faire son retour. Mais il pourra surtout compter sur un Pastore en jambes.

A Nice, l’Argentin a d’abord profité d’une passe lumineuse de Lucas Moura, titulaire au même titre que Serge Aurier et Lucas Digne (0-1, 39e). A l’heure de jeu, Pastore s’est amusé de la défense azuréenne, en concluant d’une demi-volée puissante une série de jongles en pleine surface (1-2, 63e).

Sirigu et Cavani ont du répondant

A cet instant, le PSG était encore accroché par les Aiglons. Juste avant la pause, Mathieu Bodmer, étrangement seul aux six mètres, avait profité d’un relâchement défensif pour battre Salvatore Sirigu d’un subtil extérieur du pied (1-1, 45e). Le gardien italien jouait gros. Il a répondu présent, en sortant une détente monumentale pour dévier sur son poteau une tête de Saïd Benrahma (50e).

Comme Sirigu, Edinson Cavani a apaisé les critiques qui avaient escorté sa prestation barcelonaise. Accroché par Jordan Amavi, El Matador a obtenu un penalty. Le 12e en 33 matches pour Paris. Il ne s’est pas fait prier pour marquer son 21e but de la saison toutes compétitions confondues. Simon Pouplin a été pris à contre-pied. Jusqu’ici, le portier niçois avait sorti le grand jeu devant David Luiz (48e et 59e). En l’absence de son compatriote Thiago Silva, le Brésilien portait le brassard de capitaine. Il s’est montré bien plus convaincant que mercredi dernier. Dans trois jours, il croisera de nouveau la route de Luis Suarez, celui qu’il l’avait humilié de deux petits ponts. Paris devra marquer trois fois. C'est ce qu'il a réussi samedi.

Gil Baudu @gbaudu