PSG-Pastore
Pastore félicité par ses coéquipiers du PSG | Maxppp - Yoan Valat

Le PSG se relance face à Guingamp

Publié le , modifié le

Après deux matches nuls consécutifs et des prestations poussives, le PSG a réagi face à Guingamp en s'imposant (3-0) mardi en prologue de la 7e journée de Ligue 1. Les Parisiens ont ouvert la marque à la 18e minute par Pastore qui parvenait à frapper victorieusement entre cinq bretons. Ils ont ensuite géré la partie et ne se sont vraiment mis à l'abri qu'à un quart d'heure de la fin de la rencontre, par Di Maria reprenant un ballon relâché par le gardien Lössl pour son premier but en L1. Ibrahimovic a ensuite scellé le score.

Le Suédois qui n'avait pas marqué depuis cinq matches a rassuré le public et Laurent Blanc, d'autant qu'il était aussi à l'origine des deux autres buts, Seule fausse note pour lui, un pénalty raté à la 87e minute, le portier Guingampais, par ailleurs excellent, stoppant sa frappe à ras de terre.

Il fut l'un des artisans de cette victoire parisienne qui s'est déroulée en deux tableaux. Dans la première demie-heure et dans le dernier quart d'heure. Entre les deux, les Parisiens ont d'abord monopolisé le ballon, avant de laisser l'organisation du jeu à des Guingampais volontaires mais bien empruntés, qui se sont offerts de trop rares occasions. Les hommes de Laurent Blanc ont ensuite remis le pied sur  l'accélérateur pour donner le tournis aux Bretons qui ont été débordés. 

L'entraîneur parisien n'avait pas galvaudé cette rencontre en alignant le meilleur de ce qu'il pouvait mettre sur le terrain: une ligne d'attaque de classe mondiale avec Zlatan Ibrahimovic en pointe, Edinson Cavani et Angel Di Maria à ses côtés; et un milieu très offensif, avec Javier Pastore à la place de Marco Verratti. Mais si l'Argentin a vite inscrit son premier but de la saison, d'un plat du pied droit tout en finesse (18e), Paris a longtemps peiné à délivrer le festival offensif attendu.  

Le réveil de Zlatan

Il faut dire que Guingamp gardait le mauvais souvenir de son dernier déplacement au Parc des Princes, et que Jocelyn Gourvennec avait en conséquence aligné une équipe plutôt défensive. Guingamp a donc disputé 45 premières mi-temps replié en défense, en s'en remettant surtout à la solidité de sa charnière Benjamin Angoua - Jérémy Sorbon et à des parades de Jonas Lössl. Et puis après la pause, Zlatan Irabhimovic jusque là mal inspiré a ajusté la mire. Il a d'abord vu son puissant coup-franc repoussé par Lössl (50e) avant que son tir, mal capté par le gardien danois, ne profite à Angel Di Maria pour le deuxième but (77e). Le renvoi d'ascenseur n'a pas attendu plus de 7 minutes, pour le premier but en Ligue 1 de la saison pour le géant suédois. Sans le gardien guingampais, qui a donc sorti son pénalty, l'addition aurait pu être encore plus salée.

Christian Grégoire