Le PSG revient de loin

Le PSG revient de loin

Publié le , modifié le

Mené 2-0 après 10 minutes de jeu, le Paris Saint-Germain a inversé la tendance en s'imposant finalement 4-3 face à Valenciennes, lors de la 36e journée de Ligue 1. Le club de la capitale se retrouve provisoirement devant Montpellier -qui joue lundi à Rennes- grâce à une meilleure attaque (70 buts contre 63).

Pour la première fois depuis cinq journées, le Paris Saint-Germain jouait avant son grand rival pour le titre, Montpellier. Si certains joueurs parisiens estimaient qu'il s'agissait d'un avantage psychologique, les premières minutes de la rencontre les opposant à Valenciennes, ont pourtant démontré le contraire. Coupables d'une étonnante fébrilité, les hommes de Carlo Ancelotti ont encaissé deux buts en trois minutes. Aboubakar à la 8e minute, puis Gomis ont refroidi les ardeurs des joueurs parisiens.

Mais trois minutes après, Nene a redonné espoir à ses camarades, puis Maxwell (40e), et Matuidi (45e), ont donné l'avantage au PSG (3-2). A L'heure de jeu, on pensait que les coéquipiers de Pastore s'étaient définitivement mis à l'abri grâce à un but de Menez peu avant l'heure de jeu (2-4), mais VA réduisait le score par Cohade à dix minutes de la fin (3-4). Le score en restait finalement là et le PSG maintenait l'espoir du titre. Montpellier qui joue ce lundi à Rennes, est désormais sous pression.

Carlo Ancelotti (entraîneur du Paris SG): "C'était un match bizarre. Terrible au début pour nous. Après nous avons remonté deux buts et très bien joué. Les attaquants ont travaillé ensemble. Nous avons marqué quatre buts, c'est une victoire très importante contre une équipe qui a fait de bons résultats à domicile contre de grosses équipes. L'objectif c'est de gagner tous les matches jusqu'à la fin de la saison. Ce soir je suis content de la performance de tous les joueurs. Ils ont joué ensemble. Les buts sont magnifiques. Ils ont compris que jouer ensemble et jouer simple c'est mieux. Nous avons eu beaucoup de pression au début du match. Nous n'avions pas un (bon placement) sur le terrain. Après nous avons pressé et eu une bonne performance pendant 80 minutes. Tous les matches sont difficiles. Notre match contre Rennes, le dernier contre Lorient. Nous sommes contents d'être de retour à la première place, peut-être pour un seul soir".

Daniel Sanchez (entraîneur de  Valenciennes): "Que le PSG soit plus fort que nous, personne n'en doutait.  Maintenant, on n'a pas fait ce qu'il fallait à partir d'un certain moment. On a  eu la chance de mener 2-0 et après, par réflexe de protection ou je ne sais  quoi, on les a regardés jouer. On s'est mis à reculer, à ne pas presser le  porteur. Et à partir du moment où on leur laisse le temps et l'espace, ça  devient compliqué face à de tels joueurs. Le premier but les relance, ils n'ont  pas eu le temps de douter. Pour cela, on aurait dû tenir ce résultat quelques  minutes. On leur donne le premier but et on leur fait des cadeaux. On n'a pas  fait un mauvais match, mais cela ne suffit pas pour prendre des points contre  le PSG. Il faut être plus rigoureux, plus décisif dans les phases offensives,  plus réaliste et efficace. On a quand même marqué trois buts. A 4-3, tout était  possible. Ils sont comme tout le monde même s'ils ont été un peu moins fébriles  que nous. Il nous manque encore un point pour nous sauver, le plus tôt sera le  mieux. Prendre trois buts en une mi-temps, c'est dur à digérer. La base d'une  bonne équipe, c'est derrière. On n'a pas eu de solidité défensive aujourd'hui."

Romain Bonte