Edinson Cavani, PSG
Edinson Cavani | F LO PRESTI / AFP

Le PSG reste en haut, Bordeaux relégable

Publié le , modifié le

En s'imposant dans la douleur à Valenciennes (1-0), le PSG a provisoirement repris la tête de la Ligue 1 à l'occasion de la 7e journée. Dans le haut de tableau, Nice a manqué l'opportunité de monter sur le podium en s'inclinant à Nantes (2-0), tout comme Lyon en tombant à Ajaccio (2-1). Dans la lutte pour le maintien, Guingamp a étrillé Sochaux au Roudourou (5-1) pendant que Toulouse prenait le dessus sur Lorient (1-0). Accroché à domicile par Reims (0-0), Bordeaux plonge dans la zone de relégation.

Loin d’être impressionnant, le PSG a fait le minimum au stade du Hainaut. Auteur de 13 buts lors de leurs 4 derniers déplacements dans le Nord, les Parisiens n’ont pas régalé comme à leur habitude. Avec un onze de départ remanié dans lequel Jallet, Digne et Pastore avaient pris place, le champion de France en titre a peiné. Comme face à Nantes, le salut est venu du duo Ibrahimovic-Cavani. A 25 mètres des buts valenciennois, Zlatan s’amusait de l’arrière-garde de VA pour servir l’ancien Napolitain auteur d’un magnifique appel croisé dans la surface. Un plat du pied droit plus tard (1-0, 45+2), les hommes de Laurent Blanc retrouvaient provisoirement la place de leader du championnat. Si le match poussif de ses troupes peut être un motif d’inquiétude pour l’ancien sélectionneur des Bleus, la rechute d’Alex l’est à coup sûr. De son côté, Valenciennes enchaîne une 6e défaite en 7 journées…

Guingamp se lâche

Avant-derniers, les ouailles de Daniel Sanchez n’ont plus Ajaccio en ligne de mire mais Bordeaux. Premier non relégables avant cette 7e journée, les Girondins ont buté sur Reims et la main chaude de Kossi Agassa. A la 89e minute, le portier togolais bloquait d’un superbe arrêt réflexe la tête piqué de Diabaté. Entré à la mi-temps, l’attaquant malien a changé le visage de sa formation, pesant de tout son poids sur la défense rémoise. Invaincus en Championnat depuis leur défaite inaugurale face à Rennes, les joueurs d’Hubert Fournier enchaînent un 4e match nul et glissent à la 10e place. Cette semaine, le président bordelais Jean-Louis Triaud considérait la victoire comme impérative. Au lieu de ça, les champions de France 2009 en sont quittes pour un 4e match sans succès toutes compétitions confondues. Le prochain déplacement à Evian, 14e avec 2 points d'avance sur le FCGB s'avère capital.

Pour voir une orgie de buts, il ne fallait pas être à Valenciennes ni à Bordeaux mais à Guingamp. Souvent maladroits depuis le début de saison, les attaquants bretons s’en sont donnés à cœur joie face à des Sochaliens apathiques. Pour preuve, les deux pertes de balle du milieu de terrain Thierry Doubaï sur les deux premiers buts de l’EAG. Mandanne bien servi par Sankharé (10e) puis Beauvue sur un corner d’Atik (17e) ont puni ces erreurs. Avant que ce même Atik n’enfonce le clou d’un maître coup-franc (34e, 3-0). Les Lionceaux réduisaient bien la marque sur une boulette de N’dy Assembé (3-1, 46e), cette éclaircie était de courte durée. Sankharé, sur un nouveau cadeau doubiste (70e), et Langil (5-1, 90e+3), d’une mine de 30 mètres, ont ramené la formation d’Eric Hély à la raison. Plus mauvaise attaque du Championnat, Sochaux a pris l’eau et reste lanterne rouge, sans aucune victoire. Derniers partout, les Jaune et Bleu pourront se targuer d'avoir été premiers quelque part : Eric Hély ouvre le bal des entraîneurs démissionnaires

Autre duel de mal classés, le match entre Toulouse et Lorient. Privé de nombreux joueurs, notamment dans le secteur offensif (Traoré, Aliadière, Sunu, Barthelmé), Lorient s’est montré dangereux par Jouffre et Aboubakar mais a finalement dû s’incliner devant la sensation du moment côté toulousain : le Danois Braithwaite. Pour son 5e match en L1, l’attaquant a signé un 3e but synonyme de 2e victoire consécutive pour son club (71e). Le TFC est lancé alors que les Merlus peinent toujours autant loin du Moustoir (4e défaite sans marquer) et glissent vers la zone rouge.

Lyon et Nice refusent le podium

Remis d'aplomb par sa victoire contre Nantes (3-1), Lyon pouvait revenir sur le podium de Ligue 1 en cas de succès à Ajaccio, équipe incapable de gagner depuis l'entame du Championnat. Las, l'OL a payé cash ses errements défensif sur deux appels en profondeur de Salim Arrache et d'Aboubakar Camara. Meilleure attaque de l'élite, Lyon avait réussi à recoller au score suite au but de l'ancien strasbourgeois et marseillais, bien servi par cavalli dans la profondeur (18e). Une nouvelle fois impérial, Ochoa s'inclinait sur une frappe croisée de Malbranque à ras de terre (56e). Mutu absent, Ravanelli avait choisi de faire confiance à de nouvelles têtes. Bien lui en a pris. Après Arrache, Camara s'illustrait. Diarra lançait le jeune attaquant dans le dos de la défense rhodanienne et Lopes ne pouvait rien (2-1, 70e). Derrière, le portier mexicain faisait le job pour conserver ces trois points qui sortent les Corses de la zone de relégation.

Podium maudit ce mercredi. Nice pouvait rejoindre l'OM au 2e rang provisoire en cas de victoire. Mis en confiance par leur succès 4-0 dans leur nouveau stade ce week-end, ils sont pourtant repartis la queue entre les jambes de la Beaujoire. Pour sa première dans la cage azuréenne, le jeune Haasen, annoncé comme un crack, a connu un baptême contrasté. A la 27e minute, Djordjevic profitait d'un ballon repoussé par le dernier rempart niçois pour ouvrir la marque (27e). Avant la mi-temps, Haasen évitait la déconfiture aux siens en sortant une tête sous sa barre, puis remettait le couvert à l'heure de jeu sur une frappe de Gakpé. Il ne pouvait toutefois rien sur la tête d'Aristiguieta (88e). Les Canaris sont 9e avec 10 points grâce à cette 3e victoire en 4 matches dans leur enceinte. Pour les troupes de Puel, la série de 5 matches sans défaite est brisée. 

Le classement de Ligue 1 (7e journée)

Jerome Carrere