PSG-Saint-Etienne
. | .

Le PSG plus réaliste que St-Etienne

Publié le , modifié le

Le PSG s'est imposé (2-0) face à Saint-Etienne dimanche en clôture de la 29e journée de L1. Les Parisiens ont fait la différence en première période par deux réalisations d'Ibrahimovic face à des Stéphanois qui ont été bousculés. Ils se sont ensuite offerts quelques occasions en 2e période, mais sans parvenir à renverser la tendance.

Les Stéphanois pourront regretter la tournure du match notamment les circonstances des buts encaissés en première période. Même si les deux réalisations d'Ibrahimovic ont été plutôt logiques, car les Parisiens ont monopolisé le ballon durant les quarante-cinq premières minutes, faisant courir des Verts obligés de s'employer sans cesse défensivement, et ne se créant aucune occasion franche, si ce n'est un tir de Tabanou repoussé par Sirigu. Pour le reste, avec Brandao jamais servi, et Mollo transparent, mal inspiré également sur ses coups de pieds, les Stéphanois n'ont pas pu instiller le moindre doute dans l'esprit des joueurs du PSG.

Deux occases et deux buts pour Ibra

Privés de ballons, et les perdant trop rapidement lorsqu'ils parvenaient à les récupérer, les hommes de Galtier ont subi le réalisme parisien. D'abord sur un ballon mal dégagé par les Stéphanois dans leur dix-huit mètres, récupéré par Matuidi, détourné involontairement par Bayal Sall et repris à bout portant par Ibrahimovic alors que l'arbitre assistant avait levé son drapeau pour un hors-jeu, et les Verts stoppés leur élan, mais l'arbitre Lionel Jaffredo considérant que le hors jeu n'avait pas lieu d'être validait le but. Ce qui a eu pour effet d'entraîner quelques palabres et de sortir quelque peu les Stéphanois du match. (1-0, 12e).

Il y eut ensuite une frappe de Cabaye repoussée par Ruffier et quelques essais d'Ibrahimovic, jusqu'à ce que, après un nouveau ballon perdu par St-Etienne, le Suédois bien servi depuis un centre de la gauche de Cavani double la mise pour le PSG (2-0, 41e).

Les Verts réagissent 

En deuxième période, Saint-Etienne a décidé de ne pas mourir sans combattre. Les coéquipiers de Perrin, se sont davantage portés vers l'avant, avec un milieu un peu plus consistant. Et ils se sont provoqués plusieurs belles occasions, Sur un ballon de Mollo mal renvoyé par Thiago Silva et qui revient dans les pieds de Corgnet, surpris, qui frappe à côté du cadre (48e). Puis sur une frappe de Tremoulinas -très offensif sure flanc gauche-  obligeant le portier parisien à se détendre (52e),  Puis sur une tête de Guilavogui flirtant avec la transversale de Sirigu( 59e) et dans la foulée sur une frappe d'Erding repoussée par Sirigu.

Paris en gestionnaire

Ce sont alors les Stéphanois qui se sont montrés les plus entreprenants, et qui ont repris la possession du ballon aux Parisiens, mais comme souvent, il leur a manqué la finition, un vrai attaquant capable de faire la différence. Les Parisiens de leur côté sont solides défensivement et laissent tranquillement tourner le chrono, non sans s'offrir quelques contres, sur lesquels Ruffier a fait bonne garde. Le portier stéphanois devait d'ailleurs sortir une grosse parade sur un coup-franc d'Ibrahimovic (86e).

Le PSG s'est assis sur son avantage pour obtenir un succès avec un brin de réussite, mais malgré tout logique car les Stéphanois n'ont pas vraiment joué comme ils auraient dû, et ont surtout cruellement manqué de réaliste. Plus que jamais ils vont devoir cravacher pour aller chercher la 3e place alors que les Parisiens se rapprochent inexorablement d'un deuxième titre consécutif. 

Christian Grégoire