Marquinhos lacazette
Marquinhos au coude à coude avec Lacazette | AFP

Le PSG n'y arrive plus

Publié le , modifié le

Le Paris Saint-Germain a de nouveau souffert ce dimanche soir face à une équipe lyonnaise appliquée et qui a eu le mérite d'aller chercher le point du match nul dans les dernières minutes (1-1). Le PSG qui vient d'enchaîner trois matches nuls en une semaine, pointe en cinquième position. Lyon passe de la 17e à la 12e place.

Le PSG avait besoin de se rassurer après son match en demi-teinte face à l'Ajax (1-1) quatre jours plus tôt en Ligue des Champions. Opposé à une équipe lyonnaise peu en confiance, le club de la capitale devait impérativement montrer un autre visage que celui proposé à l'Amsterdam Arena.

Comme on pouvait s'y attendre, Paris avait la maîtrise du ballon, mais Lyon ne se laissait pas pour autant malmener. Devant la rapidité des attaquants lyonnais, le bloc défensif parisien restait sur ses gardes. Les premières occasions franches étaient parisiennes, avec notamment deux alertes sur le but de Lopes en deux minutes, dont une belle remise de la tête d'Ibrahimovic pour Cabaye qui ne cadrait pas sa reprise.

La barre​ parisienne a tremblé

Jallet sur son flanc droit avait toutes les peines du monde à contenir les ardeurs de ses anciens coéquipiers, et c'est sur un long centre de Digne que Cavani allait ouvrir le score (20e) d'une tête plongeante (1-0). Dix minutes plus tard, Lyon frôlait l'égalisation lorsque sur un coup franc d'une vingtaine de mètres, Mvuemba faisait trembler la barre.

Sirigu s'envole
Sirigu s'envole

 En deuxième période, les Lyonnais restaient toujours menaçants sur les contres, mais une fois encore, c'était le PSG qui assurait le spectacle à l'instar de Lavezzi, auteur d'un contrôle en deux temps et d'une accélération qui laissait son vis-à-vis sur place, avant de centrer pour Cavani, mais la reprise de Verratti était alors contrée (50e).

Ibrahimovic timide

Le rythme était nettement moins soutenu qu'en début de rencontre, et les Parisiens avaient toujours autant de mal à accélérer. A l'image d'un Ibrahimovic assez peu efficace, les hommes de Laurent Blanc donnaient l'impression de pécher physiquement. Et après avoir réalisé une superbe parade, Sirigu ne pouvait rien sur une frappe contrée dans la surface d'Umtiti (1-1, 84e). Et Tolisso manquait le but de la victoire, après avoir profité des errements défensifs du PSG. Après un but logiquement refusé à Motta pour une charge de Lucas sur Lopes, le panneau d'affichage restait figé sur ce score de 1-1.

Romain Bonte