Jérémy Menez et Zlatan Ibrahimovic (PSG)
Jérémy Menez et Zlatan Ibrahimovic (PSG) | DAMIEN MEYER / AFP

Le PSG ne faiblit pas

Publié le , modifié le

Sans une partie de ses cadres en vue du retour de C1 à Barcelone mercredi, Paris a poursuivi sa route vers le titre en s'imposant à Rennes 2-0. Sur une pelouse qui ne lui réussissait plus depuis 2002, le PSG a tenu le choc et a obtenu trois précieux points grâce à un but de Menez (56e) et le 26e but d'Ibrahimovic (90e+3). Vainqueur de Bordeaux vendredi (1-0), Marseille pointe à 7 pts.

C'est dans ce genre de match intercalé entre deux gros matches de Ligue des champions qu'on voit la richesse d'un effectif. Il n'y avait aucun doute sur la valeur marchande du groupe parisien mais c'est sur le terrain qu'on juge l'efficacité des remplaçants. Plutôt tranquille en tête de la Ligue 1 malgré le succès olympien, Ancelotti avait décidé de faire souffler ses joueurs en vue du retour à Barcelone. D'où une charnière en défense centrale Sakho-Camara et du beau monde sur le banc avec Jallet, Lavezzi, Pastore, Beckham et Alex. Rennes n'étant pas le Barça, PSG prenait cette fois le jeu à son compte. Pas de quoi bousculer les Bretons qui se procuraient les meilleures occasions de la première mi-temps. La plus belle sur une passe de la tête du Parisien Van der Wiel pour Diallo. Il fallait un gros arrêt de Sirigu pour empêcher Rennes d'ouvrir le score (14e). Sur le corner suivant, il sortait encore une parade devant Diallo.

26e but d'Ibrahimovic

Sa défense parfois aux aboies, le portier sarde était maintes fois sollicités dans ce match. Sirigu était décisif en deuxième période après l'ouverture du score de Menez après un slalom dans la défense (1-0, 56e). Ibrahimovic avait lui aussi eu des munitions mais sans grande réussite (20e, 32e). Le Suédois avait d'ailleurs gâché une énorme occasion après s'être ouvert le chemin du but en mystifiant Kana-Biyik (42e). Mené au score, les Bretons poussaient face à un Paris très reculé sur ses bases et peu inspiré défensivement. Pitroipa toujours aussi muet depuis le retour de la CAN, l'essentiel des cartouches émanaient de Feret. L'ancien lorrain était très actif mais n'avait plus la réussite de 2012. Non sans trembler, Paris tenait bon son 20e match sans but encaissé en L1. Mieux, dans les arrêts de jeu, un contre permettait à Ibrahimovic, légèrement hors-jeu, d'inscrire son 26e but de la saison en championnat. Très -trop- libre dans son arbitrage, M. Ennjimi terminait sur une fausse note. Ce succès 2-0 est la première victoire du PSG hors du Parc depuis 2 mois. Le titre se dessine vraiment.

Réact​ions

Frédéric Antonetti (entraîneur de Rennes):  "On savait que cela allait être difficile. Le grand regret, c'est de ne pas  être arrivé avec 6 points de plus ce soir (samedi) car on aurait eu plus de  confiance, on se serait plus lâché. Il reste sept matches jusqu'à la fin, on  fera les bilans en temps voulu. Paris a été meilleur que nous, même s'ils ont  fait tourner. Mais quand ils font tourner ils font rentrer des internationaux  français comme Gameiro ou Sakho. Ils ont une maîtrise collective et technique  supérieure à la nôtre. Malgré tout on a fait jeu égal avec nos qualités. Mais  il faut marquer en premier, notre grand défaut depuis quelques semaines. Ils  font la différence sur un exploit individuel (premier but de Ménez, ndlr). Ils  ont plus de métier, ils font faute dès que nous partons balle au pied. Nous on  ne sait pas faire car on manque de matches. On aurait mérité le nul, les gars  se sont bien débrouillés. Il n'y a pas de satisfaction quand on perd, mais il y  a des regrets."

David Beckham (milieu du PSG): "C'est important qu'on continue à bien  jouer, à maintenir l'écart avec les autres. Mais il y a encore beaucoup de  matches à venir, de boulot à accomplir. Si je serai titulaire à Barcelone  mercredi ? Je ne sais pas,  je ne suis pas le manageur, mais bien sûr que je  veux commencer. Mais tous les joueurs veulent commencer ce genre de gros  matches. Parfois, c'est difficile de se reconcentrer, après un match contre  Barcelone (mardi), et de gagner le week-end suivant. Nous avons été sérieux.  Jérémy (Ménez) a marqué un grand but, +Ibra+ a fini le travail."

Blaise Matuidi: (milieu du PSG): "On a plutôt bien marché. On ressort avec  une victoire, même si sur la fin cela a été difficile. Aujourd'hui, on est très  content de notre victoire. Le championnat, c'est très important pour nous. On  avait à coeur de gagner car la veille Marseille avait gagné. Il fallait  continuer à garder cette distance (sept points en tête). On a marqué un coup  même si le championnat est loin d'être terminé. On est en pleine confiance et  j'espère qu'on continuera sur cette lancée. Maintenant on peut se concentrer  sur Barcelone. On ne va pas là-bas en touristes, mais pour se qualifier, même  si on sait que c'est toujours difficile. On fera le maximum pour gagner."

Mamadou Sakho (défenseur du Paris SG): "C'était un match très important. On  s'est concentré après le match de Ligue des champions (mardi contre Barcelone)  pour venir gratter les trois points ce soir. Il reste maintenant sept matches,  les points sont précieux, donc on fait le boulot. Le coach a fait tourner pour  faire reposer quelques joueurs avant Barcelone (mercredi). Il faut se  reconcentrer pour créer l'exploit là-bas. On sait que ça ne va pas être facile,  mais on y croit. Quand on vise le très haut niveau, il faut être concentré et  déterminé. Tous les joueurs vont se tenir prêt, on a conscience de nos  qualités, même si on sait que Barcelone est une équipe très difficile à jouer  chez elle. J'espère que toute la France sera parisienne sur ce match-là."