Le PSG à Lyon, suprématie en jeu

Le PSG à Lyon, suprématie en jeu

Publié le , modifié le

C'est indiscutablement un match-charnière pour la suite du championnat de L1 que vont livrer le leader Lyon et le plus sérieux prétendant au titre, le PSG, ce dimanche soir à Gerland en clôture de la 24e journée. Si les doubles champions parisiens venaient à l'emporter, ils se remettraient sur les rails pour aller chercher un nouveau titre. S'ils s'inclinaient en revanche, ils laisseraient les Lyonnais prendre cinq points d'avance. Quant au nul, il n'arrangerait aucune des deux équipes pour la suite, dans cette lutte à trois avec l'OM, même si les Marseillais avancent désormais à petit pas.

La Ligue 1 pourrait donc changer de visage au terme de ce match, et le favori parisien se transformer en outsider, ce qui ferait désordre dans l'entourage du PSG. A priori supérieurement armé pour le championnat, Paris  n'a pourtant jamais été en tête cette saison. A la 24e journée, il serait  temps, même si avec la Ligue des champions et les deux Coupes, le PSG  a d'autres fers au feu. Malgré tout il en a les moyens. Et alors qu'il pensait se diriger tranquillement vers un 3e titre, avec comme principal concurrent un OM qui s'est réveillé cette saison, le club parisien a vu revenir de nulle part une jeune équipe lyonnaise qui en bousculant toute logique et toute hiérarchie est venue s'installer aux commandes.

L'OL doit faire face à l'absence de Lacazette

De fait, c'est un match à trois avec le PSG, l'Olympique lyonnais et  l'Olympique de Marseille qui se poursuit et le grand rendez-vous de Gerland peut être déjà décisif. Face à un OL leader avec la meilleure attaque et la meilleure défense, Paris se présente dans la peau du chasseur, assis sur six victoire  consécutives depuis le naufrage à Bastia (défaite 4-2). Ces succès, par un but d'écart cinq fois sur six, ont dessiné un PSG qui fait le boulot, sans plus, à l'économie et en s'appuyant sur une défense 100% auriverde solidifiée par Marquinhos et le retour au premier plan de Thiago Silva. Mais sans vraiment d'éclat. 

A l'assaut de cette arrière-garde haut de gamme s'avance l'attaque lyonnaise, la meilleure de L1. Le problème, c'est qu'elle doit en grande partie ce statut à la réussite d'Alexandre Lacazette, absent pour cause de blessure à la cuisse gauche. Ce forfait est un terrible coup dur pour l'OL, mais c'est aussi une triste  nouvelle pour le spectacle. L'avant-centre de l'OL est en effet, et de loin, le meilleur buteur du championnat. Avec ses 21 buts, il fait mieux qu'Ibrahimovic, Cavani et Lavezzi réunis  (9, 8 et 3). En six mois de L1, il a aussi plus marqué que Lavezzi en deux saisons et demi de compétitions domestiques (19).
Sans lui, Hubert Fournier va donner encore plus de responsabilités à Fekir, son autre arme offensive majeure et révélation de la saison (8 buts et 5 passes  décisives en L1). 

Blanc et Fournier minimisent 

De toutes façons, les Parisiens dont on dit qu'ils peuvent relever leur niveau de jeu lorsque l'enjeu l'exige, ne pourront pas tergiverser, même si la chance veut pour eux qu'ils ne retrouvent pas Lacazette sur leur chemin. Laurent Blanc le dit, même s'il veut minimiser l'impact de ce match:  "C'est le moment de faire un bon résultat. On y va avec beaucoup de  respect mais aussi beaucoup d'ambition. Il ne faudrait pas perdre de points sur  Lyon et si on peut en gagner c'est bien. Mais il y aura beaucoup d'autres  journées"

Laurent Fournier de son côté, comme savent le faire le Lyonnais par exemple au moment du derby, a choisi lui, de lancer le match en amont, sur le terrain des petites phrases. Il a tiré la première salve en direction d'Ibrahimovic. ""On en parle mais c'est M. Turpin qui sera le plus provoqué, comme tous les arbitres du championnat qui se font insulter par ce personnage". Puis revenant sur jeu, il a ensuite fait dans le classique en cherchant à endosser volontiers le costume de l'humilité. "L'OL a envie de rester leader car on prend goût à cette place. Mais notre vrai match c'est contre l'OM, sans oublier Saint-Etienne, car il faut penser  que le PSG  va mettre la surmultipliée. Il faut garder un oeil dans le rétro".

Voilà pour la galerie. Pour le reste Lyon croit vraiment au titre et n'a pas l'intention de laisser Zlatan et les autres stopper leur belle série. Les jeunes pousses lyonnaises veulent garder le droit de rêver sans se fixer de limites. Auront-elles suffisamment de lucidité pour ne pas oublier de jouer face à cet enjeu ? 
Côté Parisien, où l'on montré quelques failles, il faudra faire dans la solidité et l'excellence car au vu des moyens injectés dans cette équipe, la moindre des choses attendue par ses dirigeants est qu'elle montre un visage conquérant.   


  

Christian Grégoire