Zlatan Ibrahimovic (PSG)
Zlatan Ibrahimovic (PSG) | FRANCK FIFE / AFP

Le PSG à l'assaut du chaudron

Publié le , modifié le

Le Paris SG, emmené par un Zlatan Ibrahimovic au sommet de son art, va tenter de maintenir sa domination sur la Ligue 1 contre Saint-Etienne, sa bête noire la saison dernière, en clôture de la 11e journée (21h) à Geoffroy-Guichard.

Après les deux démonstrations réussies en l'espace d'une semaine face à  Bastia (4-0 en championnat) et à Anderlecht (5-0 en Ligue des champions), le club de la capitale a plus que jamais des allures de rouleau-compresseur et les  Verts, qui n'ont remporté qu'un de leurs cinq derniers matches, ont de quoi  trembler. "En ce moment, au niveau du groupe on a de bonnes sensations car on a  l'impression que les joueurs prennent plaisir à évoluer ensemble. On a des  certitudes sur le jeu, sur les qualités individuelles. On commence à avoir  quelques garanties et surtout beaucoup de connaissance de ce groupe", a déclaré  vendredi l'entraîneur parisien Laurent Blanc. 

Le "Président" pouvait difficilement imaginer des débuts aussi éclatants à  la tête d'un PSG  sûr de sa force et de son collectif. Premier en L1 avec 1  point d'avance sur Lille, 1er du groupe C en C1 et une invincibilité qui dure  depuis le 2 mars, toutes compétitions confondues: l'ancien sélectionneur de  l'équipe de France, choix par défaut des dirigeants qataris après le départ de  Carlo Ancelotti au Real Madrid, réussit jusqu'ici un sans-faute. A quoi il faut ajouter des individualités au maximum de leur rendement  comme en témoignent les chefs d'oeuvre successifs d'Ibrahimovic, auteur de 9  des 13 buts de son équipe lors des quatre dernières rencontres, L1 et Ligue des  champions confondues.​   

Ibrahimovic, la "locomotive"

L'attaquant suédois n'en finit pas de collectionner les buts venus  d'ailleurs et joue à plein son rôle de "locomotive", selon les termes de Blanc.  Ce qui éclipse d'ailleurs l'efficacité d'Edinson Cavani, qui devance pourtant  "Ibra" au classement des buteurs sur la scène nationale (6 réalisations contre  5). Avec un tel duo en face, les malheureux défenseurs stéphanois ne vont pas  vraiment savoir où donner de la tête. "Le PSG  n'est pas Zlatan. Il a fait une grosse saison avec de bons joueurs.  Il fait un très bon début de saison avec encore plus de bons joueurs", a ainsi  averti Christophe Galtier, refusant de se focaliser uniquement sur l'ancien  Milanais.

L'entraîneur des Verts a bien raison d'appeler ses troupes à la vigilance  car, au-delà des deux phénomènes Ibrahimovic et Cavani, Paris sera encore plus  dur à manoeuvrer avec les retours de suspension des deux milieux internationaux  italiens Thiago Motta et Marco Verratti, comme l'a cruellement appris  Anderlecht, mercredi. Petit espoir auquel les Stéphanois peuvent se raccrocher: leur statut de  bête noire du PSG  version qatarie. La saison dernière, Galtier et les siens  étaient allés s'imposer au Parc des Princes (2-1) avant deux belles résistances  dans leur Chaudron de Geoffroy-Guichard: une qualification aux tirs au but pour  les demi-finales de la Coupe de la Ligue et un nul décroché en L1 (2-2). D'où le message mobilisateur asséné par l'entraîneur des Verts: "Si on perd  contre le PSG , nous serons comme beaucoup d'autres dans le championnat. Si nous  obtenons un nul, ce sera un bon résultat et si nous gagnons ce sera un exploit. Faisons en sorte de réaliser l'exploit".

AFP