PSG Ibrahimovic maxwell
Ibrahimovic félicité par Maxwell | AFP

Le PSG infaillible

Publié le , modifié le

Le Paris Saint-Germain n'a pas l'intention de laisser le moindre point en route dans sa course au titre, comme l'atteste son nouveau succès face à Bastia 3-0, lors de la 28e journée de L1. Un but et deux passes décisives –dont une sublime-, Monsieur Zlatan Ibrahimovic a une fois encore sévi.

19 secondes, en seulement 19 secondes, les hommes de Laurent Blanc ont mis le feu à la défense adverse. Profitant d'une erreur de Modesto, Lavezzi parvenait à centrer pour Lucas, mais Modesto revenait et sauvait les siens sur la ligne de but. Les Corses avaient la confirmation que cette rencontre allait être bien difficile à gérer. Et malgré cet avertissement, Paris allait ouvrir la marque seulement cinq minutes plus tard grâce à un certain Zlatan Ibrahimovic, le géant suédois reprenant de la tête un centre au millimètre de Lucas (1-0, 5e).

Etouffés par une équipe parisienne toujours aussi bien en place malgré les absences de Thiago Silva et Blaise Matuidi (ménagés), les Bastiais allaient de nouveau encaisser un but sur un contre mené à 200 km/h et conclu par Lavezzi (2-0, 19e). A l'origine de l'action sur une aile de pigeon en extension, Ibrahimovic était tout autant félicité que le buteur argentin. Impuissant face à cette impressionnante force de frappe, le Sporting qui restait sur trois matches sans victoire tentait tant bien que mal de refaire surface, mais en vain.

Les offrandes d'Ibrahimovic

Rabiot face à Cahuzac
Rabiot face à Cahuzac

 Et il ne fallait pas compter sur les Parisiens pour faiblir en deuxième période. Seulement cinq minutes après le nouveau coup d'envoi,  Alex profitait d'un corner pour placer une tête qui propulsait le ballon sous la barre de Leca. Alors que le Brésilien pensait avoir marqué le but du chaos, l'arbitre M. Bastien lui refusait cet honneur en raison d'une faute de Thiago Motta sur un défenseur (50e).

Les Bastiais avaient beau tenter de relancer la machine, il suffisait de voir Cissé –remplacé à la 70e par Bruno- pour voir que la mécanique parisienne ne leur laissait que très peu de chance de renverser la vapeur. Et ce que craignait Frédéric Hantz arrivait, lorsque sur une nouvelle déviation de Zlatan (de la tête), Lavezzi filait au but pour tromper le portier corse (3-0, 88e). Le PSG, qui n'a plus perdu à Bastia depuis 2003, remportait ainsi son 20e match de la saison.

Romain Bonte