Zlatan Ibrahimovic (PSG)
Zlatan Ibrahimovic (PSG) | KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Le PSG impuissant contre Ajaccio

Publié le , modifié le

Le Paris-Saint-Germain, réduit à 10 après l'exclusion de Thiago Motta (45e), a été contraint au match nul vierge par l'AC Ajaccio, ce vendredi lors d'un match avancé de la 20e journée.

La première occasion était parisienne: sur un coup-franc excentré d'Ibrahimovic, Thiago Motta reprenait du gauche juste à côté (13e). Dans la foulée, Ochoa déviait en corner une tentative signée Matuidi. A la 21e minute, une belle combinaison entre Jallet et Lucas revenait sur le Brésilien mais Sammaritano revenait bien défendre. Juste après, une tête d'Alex –monté sur corner- était repoussée par… Lavezzi alors que la reprise était cadrée. Puis Zlatan ratait un but tout fait sur une lumineuse ouverture signée Thiago Motta dans le dos de la défense (32e). Paris dominait, Paris poussait, mais Ajaccio résistait.

Motta voit rouge

Dans le temps additionnel de la première période, Thiago Motta était logiquement exclu par l'arbitre pour un tacle assassin sur Sammaritano (le premier carton rouge pour l'Italien depuis mai 2009 en championnat, avec Genoa contre la Sampdoria). Sur le coup-franc qui suivait, Mutu trouvait le petit filet du but de Sirigu. Les deux formations regagnaient les vestiaires sur ce score de parité.

L'entame de seconde période était poussive. Thiago Silva essayait le tir lointain, sans réussite (53e). Juste après, le capitaine du PSG sortait sur élongation. La soirée commençait à prendre une très mauvaise allure pour les hommes de Carlo Ancelotti.

Ochoa étincelant

Paris accélérait néanmoins pour tenter de faire la différence mais Ochoa, étincelant, veillait au grain. A la 62e, Lucas centrait pour Alex qui déviait de la tête au point de penalty: Ochoa effectuait une superbe parade pour éloigner le danger. Le ballon revenait dans la surface mais Matuidi tirait au dessus. Puis le gardien mexicain s'interposait sur un ballon piqué de Zlatan (69e).

Sous les yeux d'Anelka, présent en tribunes, le PSG continuait de presser cette valeureuse équipe de l'ACA. Mais les joueurs d'Albert Emon, fraîchement nommé, se jetaient comme des morts de faim sur chaque ballon, motivés par l'envie de rester invaincus contre Paris cette saison (0-0 à l'aller).

A dix minutes de la fin, comme un symbole, Ibrahimovic expédiait nettement au dessus un coup-franc pourtant dans ses cordes. Le Suédois ratera même l'ultime occasion dans les arrêts de jeu. Le public n'en croyait pas ses yeux, surtout contre un club privé de quatre titulaires à cause de la prochaine CAN (Medjani, Diawara, Mostefa, Belghazouani + Diarra). Ce soir, Paris a perdu deux points dans la course au titre.

Réactions

Carlo Ancelotti (entraîneur du Paris SG):  "Il manque surtout les buts. La première période n'a pas été jouée avec  beaucoup d'intensité mais on a joué tout le temps dans le camp adverse. Mais on  n'a pas marqué. Le match n'était pas mal, mais on a vraiment manqué d'intensité  en première période. La deuxième à dix a été bien. Je n'ai pas vu l'expulsion  de Motta, je ne peux rien dire. A dix, c'est plus dur, mais on a été bien.  (Thiago) Silva? Il est blessé à la cuisse. On a beaucoup d'expulsés, c'est  vrai. C'est soit de notre faute, soit celle de l'arbitre, je ne sais pas  (sourire). Devant, on n'a pas assez cadré, pas été assez efficaces sur les  frappes. Lucas a été bien, il a fait de très bonnes choses, il est rapide.  C'est bizarre, mais c'est le foot. On a manqué de précision, le gardien a fait  quelques bonnes parades. Voilà, ça fait 0-0".

Albert Emon (entraîneur d'Ajaccio): "Mes  joueurs m'ont étonné dans l'agressivité et le respect de l'organisation. C'est  un point mérité pour Ajaccio. C'est bien pour la confiance. En Coupe on a perdu  contre une équipe de National, il fallait reprendre confiance, c'était pas  évident. Le mérite revient aux joueurs qui ont fait un match courageux. On a  laissé le jeu au PSG, c'est vrai, mais on a été bien présent dans le combat et  ça peut détériorer le jeu de l'adversaire. Moi, je trouve que l'arbitre a été  très bon, il ne s'est pas laissé influencer. La cheville de Sammaritano est  mal, c'est une belle entorse. Ce que j'ai dit à Motta est entre lui et moi mais  je pense qu'il est conscient de ce qu'il a fait. Je ne sais pas s'il a perdu  ses nerfs mais nous on a perdu un joueur, ça c'est sûr".