Zlatan Ibrahimovic PSG
Zlatan Ibrahimovic et la joie des joueurs du PSG | FRANCK FIFE / AFP

Le PSG et Ibrahimovic en forme avant de recevoir Manchester City

Publié le , modifié le

Le Paris Saint-Germain a parfaitement préparé son rendez vous face à Manchester City en quart de finale de la Ligue des Champions mercredi en disposant de Nice au terme d'un match où chacune des deux équipes s'est livrée à fond (4-1). Les artistes Zlatan Ibrahimovic, auteur d'un triplé et Hatem Ben Arfa, côté niçois, ont ébloui le Parc des Princes.

L'hommage à Johan Cruyff, dont la mémoire a été honorée par une magnifique photo géante avant le coup d'envoi, s'est poursuivi pendant 90 minutes ou presque. Le génie néerlandais était dans les inspirations de Zlatan Ibrahimovic, dans les dribbles de Hatem Ben Arfa, dans l'envie d'aller de l'avant et de pratiquer un jeu résolument offensif surtout. Les spectateurs du Parc des Princes ont vite oublié le revers subi face à Monaco (0-2) devant cette véritable partie de ping pong. Aux raids piqués des Aiglons, le PSG aura répondu par sa frappe de dissuasion suédoise. Même sans Verratti, Di Maria, Pastore, Aurier ou même Cavani, auquel Laurent Blanc avait préféré Ongenda, Zlatan Ibrahimovic continue de porter ses coéquipiers à bout de bras. 

Ibra surpasse Ben Arfa

Au quart d'heure de jeu, l'Ibra show débutait par un enchaînement contrôle orienté-frappe croisée que n'aurait certainement pas renié le grand Johan (1-0, 15e). Maître dans l'art de l'accélération, nul doute que le Batave aurait également apprécié le rush de Hatem Ben Arfa quelques minutes plus tard quand l'attaquant niçois s'infiltrait entre David Luiz et Thiago Silva avant d'enrouler une frappe enroulée (légèrement déviée) qui trompait Trapp (1-1, 18e). Hors de question pour Ibrahimovic de se faire piquer la vedette, aussi doué soit le soliste d'en face. D'un coup-franc pleine lucarne, le Scandinave redonnait l'avantage aux siens (2-1, 34e) en même temps qu'il faisait très mal aux hommes de Claude Puel. 

La suite, en dépit de fulgurances sublimes de Ben Arfa ou de quelques magnifiques mouvements parisiens, ne pouvait être aussi belle, aussi folle. Mais elle restait d'un très haut niveau, le mérite en revenant aussi à des Niçois qui refusaient de reculer. David Luiz, pourtant, les faisait plier en smashant victorieusement une tête sur un corner (3-1, 48e) avant que le grand Zlatan, ne s'occuper lui-même de clore les festivités d'une frappe du gauche sur un service quatre étoiles d'Adrien Rabiot (4-1, 82e). 30e but pour l'attaquant parisien, qui égalait ainsi son meilleur score en Ligue 1 établi en 2013. Manchester City est prévenu, le viking a faim. 

Julien Lamotte