Le PSG arrivera lancé contre Chelsea

Le PSG arrivera lancé contre Chelsea

Publié le , modifié le

Le PSG s'est emparé provisoirement des commandes du championnat en battant Lens lors de la 28e journée de la Ligue 1 (4-1). Même si les Parisiens ont une nouvelle fois peiné dans la finition, ils ont assuré l'essentiel pour pouvoir se concentrer sur le déplacement à Chelsea mercredi prochain en Ligue des Champions.

C'était écrit, le PSG, 13 matchs de rang sans défaite, devait "atomiser" Lens, 19e et 9 rencontres consécutives sans victoire. Si le score est sans équivoque, les Parisiens se sont montrés, encore une fois, trop maladroits dans le dernier geste pour repousser rapidement un adversaire valeureux. Même sans Matuidi, Pastore, Cavani, Marquinhos (tous sur le banc) ou Thiago Silva (laissé au repos), Paris avait suffisamment d'arguments pour s'éviter des frayeurs inutiles. Mais c'est finalement dans la douleur qu'ils ont mis Lens au pas. 

Paris aurait pu se mettre à l'abri bien plus tôt et gérer "tranquillement" sa fin de match pour préparer son affrontement crucial à Chelsea. Mais le manque de réussite, de confiance ou d'adresse devant le but, un mal récurrent du PSG ces derniers temps, en ont décidé autrement. Face à des Lensois regroupés devant leur but, pouvaient-ils faire autrement ?, les Parisiens ont gaillardement vendangé. Le gâchis débutait dès la 13e minute avec cette passe subtile de Verratti pour Ibrahimovic mais, à moins de 10 mètres de la cage, le Suédois expédiait un missile sur la barre ! Dans la foulée, David Luiz se démarquait parfaitement sur un corner pour placer un coup de tête qui contraignait Riou à une magnifique horizontale (14e).

Zlatan, l'inspiration en berne

Enfin, comme un symbole des difficultés actuelles du PSG dans la finition, Ibrahimovic, parti à la limite du hors-jeu, se présentait seul devant le portier lensois mais le géant tentait un petit lob complètement raté qui arrivait directement dans les bras de Riou. Une action que le Zlatan de ces deux dernières saisons n'aurait sans doute jamais manquée... Par chance pour le PSG,, le club de la capitale s'est trouvé un nouveau héros ces derniers temps. David Luiz, déjà buteur contre Monaco en Coupe de France mercredi, a remis le couvercle face aux Nordistes. D'un maître coup-franc à 35 mètres, le Brésilien profitait d'une légère hésitation de Riou, trompé par la trajectoire, pour ouvrir le score juste avant la pause (1-0, 43e). Une moindre récompense au vu de la domination des hommes de Laurent Blanc, toujours pas à l'abri pour autant...

Cette fois, le coaching de Blanc était bon

ils auraient y parvenir dès la reprise sur une nouvelle offrande de Verratti mais Lavezzi, qui crochetait Riou, faisait la touche de trop avant de frapper dans le but vide et se faisait tacler in extremis par Kantari (53e). La délivrance, pour Paris, intervenait à l'heure de jeu quand van der Wiel était fauché dans la surface lensoise. Malgré les doutes et ses échecs plus tôt dans le match, Zlatan Ibrahimovic s'avançait. Sans trembler, il portait froidement le score à 2-0 en inscrivant son 12e but de la saison (2-0, 60e).

Dès lors, sans doute rassuré, Laurent Blanc pouvait se prermettre de sortir Verratti, encore étincelant, et Bahebeck, beaucoup plus discret pour faire rentrer Pastore et Cavani. Une minute après, Lens réduisait le score au terme d'une action limpide qui prouvait que quand les Nordistes voulaient, eux aussi pouvaient. A la réception d'un centre venu de la gauche, Touzghar prenait de vitesse David Luiz et relançait les Sang et Or. Pas pour longtemps car, contrairement au match face à Caen où ils menaient 2-0 avant de se faire rejoindre, les entrants faisaient la différence. Pastore délivrait d'abord un centre parfait pour Matuidi (3-1, 80e) avant de reprendre lui-même, et de volée, une louche cette fois parfaitement dosée d'Ibrahimovic (4-1, 82e). Avant d'affronter les Blues, tous les voyants sont au vert...

Julien Lamotte