Javier Pastore et le PSG auront longtemps buté sur la défense de Nancy
Javier Pastore et le PSG auront longtemps buté sur la défense de Nancy | AFP

Le Paris Saint-Germain s'impose dans la douleur face à Nancy

Publié le , modifié le

A quatre jours du match retour face au FC Barcelone, le Paris Saint-Germain s’est fait peur face à Nancy (1-0). Un penalty obtenu par Serge Aurier et transformé par Edinson Cavani sauve le PSG d’une contre-performance qui aurait fait tâche et revient à hauteur de l’AS Monaco.

A voir la hargne et la rage d’Edinson Cavani après avoir marqué son 37e but en 36 matches cette saison, on peut comprendre l’importance de ces trois points pour le champion de France en titre après cette victoire étriquée face au 17e de Ligue 1 (1-0). Car comme face à Toulouse il y a deux semaines (0-0), le PSG longtemps buté sur une équipe nancéienne venue pour bétonner et jouer les contres à fond. L'attaquant uruguayen, de nouveau décisif, permet au PSG de signer une courte mais précieuse victoire dans la course au titre puisque le club de la capitale revient provisoirement à hauteur du leader monégasque.

Nancy, le plan presqu​e parfait​

Flamboyant face au Barça (4-0) puis face à Marseille (5-1), le PSG a encore une fois montré son incapacité à faire d'une formalité ces matches face au mal classés du championnat. La première mi-temps en est la démonstration parfaite, avec des joueurs incapables d'emballer la rencontre malgré les tentatives de Lucas (9e), Javier Pastore (28e) ou Edinson Cavani (40e). Kevin Trapp faisait lui le boulot de l'autre côté du terrain en détournant d'une manchette une frappe de Maoussa après une perte de balle de Guedes (15e).

Pour le deuxième acte, exit Krychowiak, Emery lance Blaise Matuidi dans l'arène. Le PSG passe la vitesse supérieure et fait le siège du but de Chernik mais ni Cavani (53e), Aurier (57e) et Guedes (63e) n'arrivent à percer la muraille venue de l'Est. Les joueurs de Pablo Correa passent même à deux doigts du hold-up parfait après qu'Alexis Busin, au terme d'un contre rondement mené, ne trouve les deux poteaux d'un Kevin Trapp battu.

Finalement, il faudra une ultime percée de Serge Aurier, une intervention limite de la défense nancéienne et un coup de patte sur penalty de l'inévitable Edinson Cavani (1-0, 81e) pour libérer le Parc des Princes et sortir le PSG d'un match qui avait tout du piège. C'était dur, pas très beau à voir mais l'important est là pour Paris : trois points précieux et la tête pleinement tournée vers le choc face à Barcelone mercredi..

Edinson Cavani
Edinson Cavani
Mathieu Aellen