Le LOSC rompt le contrat de Bielsa

Le LOSC rompt le contrat de Bielsa

Publié le , modifié le

Le club de Lille a rompu officiellement le contrat de Marcelo Bielsa, arrivé à la tête de l'équipe en août dernier, et qui avait "mis à pied" et écarté "provisoirement" de son poste par la direction du LOSC le 22 novembre, après une série de résultats décevants. Faute d’un accord à l’amiable, ce limogeage que l’entraineur argentin conteste, devenait inévitable. Il devrait prochainement se régler devant les tribunaux.

Le club de Lille, 18e de Ligue 1 alors qu'il visait le top 5 cette saison, a "rompu le contrat" de son entraîneur argentin Marcelo Bielsa mis à pied fin novembre, a-t-il annoncé vendredi, trois jours après une réunion sur le sujet à la commission juridique de la LFP. "Arrivé au terme de la procédure engagée à l'encontre de Marcelo Bielsa, le LOSC informe qu'il a rompu le contrat qui le liait à son entraîneur", écrit le club nordiste dans un court communiqué publié sur son site internet.

Des indemnités de 15 millions d'euros ?

L'entraîneur argentin avait été mis a pied fin novembre à la suite du piètre début sportif du club nordiste, qui avait pour objectif le top 5 en début de saison. Le club a engagé une procédure de licenciement pour faute grave contre l'Argentin, mais celui-ci entend prononcer la résiliation de son contrat "aux torts exclusifs du Losc", avait expliqué fin novembre l'avocat de l'ancien entraîneur de Marseille, Me Carlo Alberto Brusa. Et selon le quotidien L'Equipe, les indemnités réclamées par Bielsa se chiffreraient à une quinzaine de millions d'euros... Une somme importante pour un club qui vient d'être sanctionné d'une interdiction de recruter lors du mercato hivernal par la DNCG, le gendarme financier du football, qui surveille la santé financière des clubs.

Une réunion de la commission juridique de la LFP, qui avait pour objectif une éventuelle conciliation entre le Losc et Bielsa, s'était tenue mardi à Paris mais les deux parties n'avaient pas réussi à trouver un terrain d'entente.Lille, qui occupe actuellement la 18e place de Ligue 1, synonyme de barrage contre une équipe de L2, avait écarté le technicien argentin le 22 novembre, deux jours après une cinglante défaite (3-0) sur la pelouse du promu Amiens, un concurrent direct pour le maintien.

francetv sport @francetvsport