FCNA-OM
Le joueur nantais Alejandro Bedoya à la lutte avec le défenseur marseillais Jeremy Morel | AFP - JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Le FC Nantes et l'OM dos à dos

Publié le , modifié le

En ouverture de la 35e journée, l'OM a enregistré son deuxième match nul d'affilée sur la pelouse du FC Nantes (1-1). Dans la course à l'Europe, ce nouveau partage des points n'arrange pas les hommes de José Anigo qui restent sixièmes du classement à deux points des Lyonnais qui joueront ce dimanche contre Bastia.

Revivre le match entre le FC Nantes et l'OM

L'Europe s'éloigne petit à petit pour l'OM. Le match nul 1-1 sur la pelouse du FC Nantes ne fait pas les affaires des Phocéens qui n'ont pas été récompensés de leurs efforts. André-Pierre Gignac et Florian Thauvin ont montré de belles choses. Le second a d'ailleurs profité du travail du premier pour ouvrir le score en première mi-temps, mais cette réalisation n'a pas suffi devant une belle équipe nantaise. Les Canaris ont dominé la seconde période et logiquement trouvé l'ouverture grâce à leur homme en forme Serge Gapke. Dimanche soir, l'OM pourrait être à cinq points de l'Europe si l'OL venait à l'emporter sur sa pelouse face à Bastia. Et la réception des Lyonnais dans une semaine ne changerait pas grand-chose...

On n'en est pas encore là pour l'OM qui pourra s'appuyer sur cette première période pour travailler. Si Nantes a eu quelques occasions, l'OM a aussi eu son mot à dire notamment dans la première demi-heure. Le meilleur buteur des Marseillais, André-Pierre Gignac a raté le cadre après un une-deux avec Dimitri Payet (14e minute), mais il s'est bien rattrapé 15 minutes plus tard en laissant intelligemment passé la balle pour Thauvin. L'ailier a fait le reste en repiquant au centre et décochant une frappe qui a trompé Rudy Riou. L'ancien Bastiais inscrivait ainsi son 7e but en Ligue 1 cette saison et concrétisait l'emprise des Sudistes. Nantes n'a pas baissé les bras et après avoir opéré en contre, les hommes de Der Zakarian ont multiplié les offensives, profitant des errements de l'arrière-garde phocéenne.

Gapke, l'homme providentiel

Les munitions, les Nantais les ont eues, mais Nicoleta et Bedoya ont manqué d'efficacité. Par deux fois, les Nantais ont gâché. D'abord servi en retrait par Gapke, le plat du pied de Nicoleta est parti dans les nuages (33e). Bedoya, ensuite lancé dans la profondeur par Veigneau n'a pas suffisamment appuyé ni placé sa frappe pour inquiéter Steve Mandanda (40e). La menace s'est précisée après le repos, et après des occasions de Cissokho (49), Bedoya (54) et Veretout (60), Gakpé, sans opposition, a logiquement  égalisé d'un missile, sur lequel Mandanda n'a pas été assez vif, pour inscrire  son quatrième but sur les trois derniers matches (64), son sixième sur les huit dernières rencontres.

Cette égalisation est venue sanctionner des Marseillais qui ont beaucoup  trop reculé, procédant par contre-attaques, comme sur ce centre de Gignac que  n'a pu reprendre Thauvin (63), juste avant le but nantais. Ils auraient ensuite pu enlever la victoire sans une parade à bout portant de Riou devant André Ayew (73), mais le partage des points est finalement  logique face à des Nantais dont la victoire au Vélodrome le 6 décembre (1-0)  avait provoqué le licenciement d'Elie Baup. Ce nul permet aux Canaris, déjà assurés de leur maintien et qui ont fait passer un dernier frisson sur le but de Mandanda par Veretout (90+1), de rentrer symboliquement et provisoirement dans le top 10.