OM tribunes Vélodrome
Les supporters marseillais dans les tribunes du Vélodrome | DPPI - PHILIPPE LAURENSON

Le bilan à mi-saison : L'OM en haut, Lacazette au top, Paris souffre

Publié le , modifié le

Fin de la première partie de championnat en Ligue 1. Dix-neuf journées qui ont réservé quelques surprises. L’OM et l’OL devancent le PSG, Lacazette est le monsieur plus de cette première partie de saison et Saint-Etienne est une forteresse imprenable. Et en 19 journées, La Ligue 1 aura également vu des hommes brillés dans des équipes en difficultés.

L’OM, champion à la trêve, le rêve d’un champion ?

Un petit retour en arrière s’impose. Au soir de la deuxième journée, l’OM ne compte qu’un point et vient de s’incliner logiquement 2-0 sur sa pelouse contre Montpellier. La greffe Bielsa ne prend pas. Dix sept journées plus tard, les Marseillais sont champions d’automne et ont remporté 13 de leurs 17 derniers matches de Ligue 1. Seuls le PSG, Monaco et Lyon ont fait tomber les hommes de Bielsa. Mais à chaque fois, l’OM se déplaçait.

Contre Lille dimanche, l’OM a terminé la phase aller par une victoire, la 9e d’affilée au Vélodrome. Soit la meilleure série du club depuis la saison 90/91. Surtout, il prive le grand rival parisien d’un quatrième titre d’affilée de champion d’automne. C'est la conclusion d'une inexorable montée en puissance pour un titre honorifique certes, mais un titre mérité. Un titre qui peut compter quand on sait que 7 des 10 derniers vainqueurs de la Ligue 1 étaient en tête à la trêve. Pour l’OM désormais, il va falloir durer. Compter sur un retour dans le rang de Dimitri Payet, envoyé plus tôt que ses camarades en vacances par Marcelo Bielsa, et espérer aussi qu’André-Pierre Gignac continue sur sa lancée (12 buts).

Le tweet d'OptaJean

Lacazette, la fête à l’OL

L’homme de cette première partie de championnat n’est pas à chercher très loin. Il joue à Lyon et porte le numéro 10. Alexandre Lacazette est le grand bonhomme de la Ligue 1. Entre août et décembre, il a inscrit 17 buts en 19 journées et distribué 4 passes décisives. Personne n’avait fait aussi bien depuis Marc Berdoll et ses 18 buts en 19 matches lors de la saison 73/74 avec Angers. Il est même deuxième meilleur buteur des cinq grands championnats derrière la fusée Cristiano Ronaldo.

Le tweet d'OptaJean

Dans le sillage du meilleur buteur du championnat, l’OL possède la meilleure attaque (40 buts) et la meilleure différence de buts (+23). Des statistiques dignes d’un candidat au titre. Une possibilité qui n’effraie plus à Lyon. Un autre chiffre qui compte entre Rhône et Saône : 39 comme le nombre de points obtenus par l’OL à la mi-saison, soit son meilleur total depuis la saison 07/08, celle de son dernier titre de champion.

Le tweet d'OptaJean

Le PSG, ce géant endormi

L'attaquant du PSG Zlatan Ibrahimovic
L'attaquant du PSG Zlatan Ibrahimovic

Lors des trois dernières saisons, le champion à la trêve s’appelait le Paris-Saint-Germain. Cette saison, c’est donc un coup d’arrêt pour le PSG version Qatar. Troisième après leur nul sans saveur et terminé sous les sifflets du Parc contre Montpellier, les hommes de Laurent Blanc ont même été dépassés par l’OL. Sans Ibrahimovic, absent près de deux mois et encore meilleur buteur de l’équipe (8 buts en 11 matches), le PSG a toussé, mais s’en sortait sans brio. Grâce notamment à Lucas (6 buts), seul joueur avec Javier Pastore et Marco Verratti, a évolué à son niveau. Pourtant, depuis deux journées, le PSG n’avance plus (une défaite, un nul).

Si un troisième titre est évidemment toujours possible, il va falloir que les hommes de Laurent Blanc se réveillent en 2015. Car l’OM et l’OL ne vont pas leur faire cadeau de leur troisième titre de Ligue 1 d’affilée. Laurent Blanc a promis d’être moins gentil après la trêve. Les joueurs, fatigués, auront eu une dizaine de jours pour faire le point et se remettre en questions. Car l’équipe, qui reste sur un succès en quatre matches – toutes compétitions confondues –, n’est que l’ombre du champion flamboyant de la saison dernière. Seule satisfaction pour les Parisiens, le Parc reste imprenable puisque le PSG est la dernière équipe invaincue à domicile en Ligue 1.

Le tweet d'OptaJean

Saint-Etienne, forteresse imprenable

Depuis trois saisons, Saint-Etienne confirme sa place parmi les cadors de Ligue 1 : 7e en 2012, 5e en 2013, 4e l’an dernier, les Verts regardent de plus en plus vers le haut. A mi-championnat, ils sont 4e à deux points du PSG. La raison ? Le réveil de Ricky Van Wolfswinkel (5 buts) et les bonnes performances de Max-Alain Gradel (4 buts), mais surtout une défense de fer. Les Verts possèdent la meilleure défense du championnat (12 buts) et terminent la première phase avec 12 rencontres sans prendre de but. Seul le Bayern a fait mieux en Europe (13). Grâce à sa solidité, l’ASSE réalise le meilleur départ de son histoire depuis le retour de la victoire à 3 points (36 points).

Le tweet d'OptaJean

Les joueurs en forme dans des équipes qui le sont moins

Outre les stars (Lacazette, Gignac, Ibrahimovic, Payet), la Ligue 1 a vu briller des joueurs dans des équipes surprenantes ou, au contraire, mal en point. Le premier d’entre eux est Danois et joue en Haute-Savoie. Avec Daniel Wass, Evian TG pointe à la 18e place. Sans, ce serait sûrement pire puisque le milieu offensif a inscrit 8 buts dont 5 qui ont contribué directement au succès des siens. Et quand on sait qu’Evian n’a remporté que 6 matches cette saison, l’apport du Danois est indispensable pour l’équipe de Pascal Dupraz.

L’autre trouvaille de la saison joue à Guingamp et participe pleinement à la bonne première partie de saison des Bretons (12e). Avec six buts, Claudio Beauvue, qui dispute sa troisième saison en Ligue 1, est une des révélations. Au même titre que Carlos Eduardo, auteur d’un des coups d’éclat de la phase aller. Le milieu de terrain de Nice avait signé un quintuplé contre Guingamp (7-2) lors de la 11e journée. Enfin chez la lanterne rouge, Caen, Mathieu Duhamel est aussi indispensable. A 30 ans, cet attaquant, qui découvre la Ligue 1, a déjà marqué six fois.