Kurzawa Martial
En quittant Monaco, Kurzawa et Martial ont agité la fin du mercato estival | VALERY HACHE / AFP

Le bilan du mercato en Ligue 1

Publié le , modifié le

1er septembre, fin du marché des transferts. L'heure est au bilan, avec des clubs plus actifs qu’à l’accoutumée lors de ce mercato. Quelles ont été les stratégies privilégiées par les 20 pensionnaires de l'élite française ? Tour d’horizon.

Le mercato des fa​voris 

Mathieu Valbuena est de retour sur les pelouses de Ligue 1
Mathieu Valbuena est de retour sur les pelouses de Ligue 1

Paris reprend ses bonnes habitudes

Paris est bel et bien de retour. Délestés des contraintes du fair-play financier, les dirigeants qataris ont pu revenir à leurs fondamentaux : ceux des recrutements spectaculaires. En dépit du faible nombre de départs (Cabaye à Crystal Palace, Digne et Bahebeck en prêt à la Roma et à Saint-Etienne), Paris a investi pas moins de 115 millions d’euros cet été. Benjamin Stambouli est venu compenser le départ de Yohan Cabaye, Layvin Kurzawa celui de Lucas Digne et la levée de l’option d’achat de Serge Aurier était déjà actée. Angel Di Maria est lui venu renforcer un peu plus le projet "Galactiques" du PSG alors que Kevin Trapp est venu chambouler une hiérarchie pourtant bien établie du côté des gardiens de but avec Salvatore Sirigu et Nicolas Douchez. Des joueurs qui viennent apporter un plus à une équipe rodée avec tellement de marge sur la scène nationale qu’elle peut se concentrer sur son grand rêve européen.

Marseille, l’été a été chaud

Si l’Olympique de Marseille est reconnu pour être un club surprenant, l’été qu’il vient de passer ne devrait pourtant pas avoir d’équivalent. Obligé de vendre, le club s’est séparé de six de ses onze titulaires de la saison passée (Gignac, Ayew, Payet, Thauvin, Imbula, Morel) avant le départ inattendu d’El Loco Bielsa à la suite de la défaite face à Caen lors de la première journée. Une équipe décimée qui a vu la rejoindre les paris Lassana Diarra et Abou Diaby, des jeunes joueurs prometteurs comme Karim Rekik, Bouna Sarr, Georges-Kévin Nkoudou ou Javier Manquillo ainsi qu’un Rémy Cabella revanchard après sa pige ratée à Newcastle. Mais ce sera toujours sans Doria, prêté pour la saison à Grenade, et remplacé numériquement par Rolando, arrivé du FC Porto pour trois ans. Mauricio Isla et Paolo De Ceglie ont aussi rejoint le club en prêt en provenance de la Juventus. Pointé du doigt au début de l'été pour son recrutement de vendeur à la sauvette, l’OM version Michel apparait bien séduisant et Vincent Labrune pourrait bien avoir été le chef d’orchestre du mercato le plus malin de Ligue 1 cet été.

Monaco, accro à Football Manager

Assurément l’un des beaux coups de ce mercato. Après une saison pleine de promesses du côté de Lille, l’AS Monaco a chipé la pépite Brésilienne Rony Lopes à Manchester City contre 10 millions d’euros. La dernière recrue arrivée sur le Rocher symbolise à merveille la nouvelle stratégie du club de la Principauté. De jeunes joueurs (mis à part Fabio Coentrao, tous ont moins de 24 ans), tous recrutés pour moins de 10 millions (exception faite d’Adama Traoré recruté pour 14 millions à Lille) avec un fort potentiel pour une belle plus-value à la revente. Les chemins d’Ivan Cavaleiro, Fabinho, Farès Bahlouli et consorts devraient suivre ceux de leurs ainés comme Geoffrey Kondogbia (acheté 20 millions d’euros, revendu 40), Anthony Martial (acheté 5 millions, revendu 80 bonus compris) ou Aymen Abdennour (acheté 10 millions d’euros, revendu 30). Monaco-Porto, même combat.

Lyon cherche la continuité

Les retrouvailles avec la Ligue des Champions et l’arrivée du Grand Stade ont clairement reboosté les envies dépensières du président de Lyon Jean-Michel Aulas. Lui qui ne s’était plus accordé de folies à plus de 3 millions d’euros depuis l’arrivée de Yoann Gourcuff en 2010 s’est décidé à ressortir le chéquier cette année. Six recrues au total (Claudio Beauvue, Sergi Darder, Jérémy Morel, Rafael, Mathieu Valbuena et Mapou Yanga-Mbiwa) pour un montant global de 33 millions d’euros, certes bien compensé par les ventes de Farès Bahlouli, Mehdi Zeffane, Mohamed Yattara mais surtout par celle de Clinton N’Jie à Tottenham (14 millions d’euros). Mais la principale attraction de cet été côté rhodanien a été les prolongations des pépites du centre de formation. Toutes ont prolongé (Fekir, Lacazette, Ferri, Tolisso, Umtiti, Lopes), moyennant un salaire revu nettement à la hausse. Une stratégie qui permet à Jean-Michel Aulas de garder toutes ses forces vives pour son retour parmi le gotha européen, mais aussi d’assurer ses arrières dans l’espoir de toucher un gros chèque l’été prochain pour le départ de certains. Notamment Nabil Fékir, qui avec ses performances de patron depuis le début de la saison, devrait aller côtoyer le gratin du foot mondial l’année prochaine.

Le mercato des candidats au​x places européennes 

Valentin Eysseric
Valentin Eysseric

Outre les arrivées de Ludovic Baal, Giovanni Sio, Mehdi Zeffane et Yacouba Sylla, le mercato du Stade Rennais a principalement gravité autour d’un seul homme : Yoann Gourcuff. Si l’ancien Lyonnais n’a toujours pas signé, l’agitation autour du meneur de jeu a permis aux dirigeants Bretons de s‘activer discrètement en coulisses sur deux profils alléchants. Le virevoltant Colombien de Porto Juan Quintero (22 ans) et le jeune prodige Français de Chelsea Jérémie Boga (18 ans) rejoignent la Bretagne en prêt, au sein d’une équipe rennaise plus que prometteuse. En attendant Gourcuff ? De son côté, victime de l’assaut britannique sur les joueurs de Ligue 1 (Tabanou et Gradel ont quitté les Verts pour Swansea et Bournemouth), l’AS Saint-Etienne a misé sur un recrutement Made in France. Benoit Assou-Ekotto (libre), Nolan Roux (Lille), Vincent Pajot (Rennes), Jean-Christophe Bahebeck (PSG), Neal Maupay (Nice) et Valentin Eysseric (Nice) sont arrivés des quatre coins de la France pour jouer dans le Chaudron. Ils ont été rejoints par l'attaquant slovène Beric, en provenance du Rapid Vienne, avec des statistiques plutôt intéressantes qu'il devra confirmer. 

Bonne nouvelle pour les supporters du LOSC. Alors que Sofiane Boufal était bien le seul à donner quelques frissons aux spectateurs du stade Pierre Mauroy, Lille a enregistré l’arrivée de l’ex-Lyonnais Yassine Benzia et de l'ancien Caennais Lenny Nangis lors des dernières heures du mercato pour réveiller une attaque lilloise bien moribonde en ce début de saison. Il rejoint Eric Bauthéac, Mike Maignan, Renato Civelli et Gadji Tallo, arrivés plus tôt cet été. Montpellier, qui a perdu son meilleur passeur de l’année dernière Anthony Mounier (Bologne) et qui n’avait pas réellement compensé le départ de Lucas Barrios, a engagé l’ancien Guingampais Mustapha Yatabaré. Prêté avec option d'achat par Trabzonspor, il formera le duo offensif Héraultais en compagnie de Ryad Boudebouz (arrivé de Bastia), pour redonner vie à une attaque Montpelliéraine toujours muette cette saison.

Peu de choses à signaler sur les bords de la Garonne où Bordeaux n’a enregistré que deux renforts, ceux du Serbe Milan Gajic et du défenseur central brésilien Pablo. 

Le mercato du milieu ​de tableau 

Hatem Ben Arfa
Hatem Ben Arfa

Nantes, Nice et Caen ont un point commun, celui d’avoir vu partir l’un de leur meilleurs joueurs en Premier League. Les départs de Jordan Veretout, de Jordan Amavi et de N’Golo Kanté ont permis à leurs clubs respectifs de ramasser une manne financière non négligeable et de se renforcer en conséquence. Les trois ont notamment choisi de miser sur des profils à vocation offensive. Nantes a misé sur l'expérience en enregistrant la signature de Lorik Cana. Toujours chez les Canaris, Adryan, en provenance de Flamengo, est encore en période d’acclimatation. Hatem Ben Arfa et Valère Germain (Nice) ainsi qu’Andy Delort (Caen) ont pour le moment plus que réussi leur intégration.

Bastia a pour sa part enregistré les arrivées d’Axel Ngando et Sadio Diallo en provenance de Rennes, sans oublier le retour de Florian Raspentino, alors que Guingamp a choisi Jimmy Briand pour compenser le départ de Claudio Beauvue à Lyon.

Le mercato des candidat​s à la descente 

Cheikh N'Doye
Cheikh N'Doye

À croire que c’est une spécialité du Sud-Ouest de la France. Tout comme Bordeaux, Toulouse a été très peu actif sur le marché des transferts cet été. Deux renforts dans le secteur défensif sont néanmoins à noter : le gardien Mauro Goicoechea et le défenseur Marcel Tisserand, prêté par Monaco. De son côté, Lorient, qui a chipé Abdul Waris au nez et à la barbe de Rennes sur le tarmac de l’aéroport de Roissy, a également fait signer Benjamin Moukandjo en provenance de Reims. Le club champenois, auteur d’un mercato discret, a néanmoins convaincu Jaba Kankava de quitter le dernier finaliste de la Ligue Europa Dnipropetrovsk pour rejoindre la Ligue 1.

Chez les trois promus, c’est à Angers que l’été a été le plus agité avec pas moins de 15 arrivées, dont celles notamment de Gilles Sunu (Evian) et de Cheikh N’Doye (Créteil). Le Gazélec Ajaccio, pour sa première saison parmi l’élite, a lui fait le choix de parier sur des anciens pensionnaires de Ligue 1 avec le retour de l’ancien Nancéen Issar Dia et de l’ex-Rennais Kader Mangane. Enfin, Troyes a fait revenir Chris Mavinga du Rubin Kazan pour amener un peu d’expérience à sa jeune garde défensive. Mais surtout, il pourra compter sur Corentin Jean, acheté par Monaco mais prêté pour la saison à son club formateur.

Mathieu Aellen