Ezequiel Lavezzi
Ezequiel Lavezzi (Paris SG) | FRANK PERRY / AFP

Lavezzi: "Mon travail se voit enfin"

Publié le , modifié le

"Je crois que c'est psychologique", avance l'attaquant argentin du Paris SG Ezequiel Lavezzi pour expliquer sa forme actuelle qui fait oublier des performances parfois décevantes dans le passé. Dans cet entretien accordé à l'AFP, "El Pocho" souligne également qu'il n'a pas la tête à revenir en Italie alors que certains médias avaient évoqué son retour dans le Calcio lors du mercato.

Comment expliquez vous que vous soyez mieux aujourd'hui?

Ezequiel Lavezzi: "Avant tout, je crois que c'est psychologique. Quant à ma forme actuelle, on croit toujours au travail, on essaye de faire de son mieux et aujourd'hui ça se reflète sur le terrain qui est ce qui importe le plus. J'ai toujours été bien, je travaillais mais maintenant ça se voit sur le terrain. On peut être bien ou pas bien sur le terrain mais par rapport à l'équipe, au club, aux partenaires, j'ai toujours été bien".

Quand vous étiez moins bien, Laurent Blanc insistait beaucoup sur le fait que les attaquants étaient essentiellement jugés sur leurs statistiques...

E.L: "C'est normal, c'est lui qui fait l'équipe. Il est l'entraîneur. Il voit  les choses à sa manière et moi j'essaye de faire de mon mieux de mon côté. Maintenant que les choses vont mieux sur le terrain, ce genre de choses ne seront probablement plus redites".

Vous avez joué à différentes positions depuis votre arrivée. En Italie, vous aviez un autre rôle. L'Italie vous manque-t-elle?

E.L: "J'ai joué dans différentes positions en Italie. Les football sont différents. En Italie, les équipes sont beaucoup plus ordonnées tactiquement et le football français est beaucoup plus physique. Mais aujourd'hui je me sens bien. Quand tu es dans une équipe aussi importante que le PSG, il faut  s'adapter aux circonstances de l'équipe et parfois jouer dans une position qui n'est pas forcément la tienne. J'ai joué l'année dernière à un poste, cette  année à un autre mais j'essaie de faire au mieux de mes qualités et caractéristiques. J'ai passé cinq ans en Italie et je me suis habitué à beaucoup de choses. Alors, c'est sûr que certaines choses me manquent mais ça ne veut pas dire que je pense à autre chose (partir du PSG). Aujourd'hui, je  suis ici, je suis bien et le football italien je le regarde à la télévision".

Au mercato, on a évoqué votre départ...

E.L: "Je ne pense pas au mercato. Je pense à être bien ici, à profiter d'être dans cette équipe. Quand la saison sera terminée on verra pour l'avenir mais je suis bien ici".

Saint-Etienne, votre adversaire de dimanche, vous pose traditionnellement beaucoup de problèmes...

E.L: "On a eu beaucoup de matches compliqués contre Saint-Etienne. Mais le  football fait que tous les matches sont différents. Les deux dernières années, on n'a gagné qu'une fois contre eux, en Coupe, mais l'équipe est bien, est confiante dans ses possibilités. Le match de dimanche sera difficile mais on fera tout pour gagner".

Maintenant que vous êtes mieux vous pensez à la sélection?

E.L: "L'Argentine arrive au Mondial avec un pouvoir offensif important mais au Mondial ce sera différent car il n'y a pas de marge d'erreur. On va voir comment ça marche pour l'équipe. Tous les Argentins, nous espérons que ça ira bien. Indépendamment du fait que je sois ou pas appelé, j'espère en tant qu'Argentin que ça se passera bien".

Mais vous pensez pouvoir y être?

E.L: "On attend la liste".

Vous avez la barbe un peu plus longue, un peu plus blanche..

E.L: "Ca montre que j'ai un peu plus d'expérience..."

AFP