Ligue 1 Lille Boufal Gazelec 042016
Le Lillois Sofiane Boufal | AFP - Pascal Pochard-Casabianca

L'ASSE et Lille s'accrochent au podium, Toulouse freiné à Lorient

Publié le , modifié le

La course à l'Europe s'annonce très intense avec les succès précieux de Saint-Etienne à Bastia (1-0) et de Lille à Ajaccio (4-2) lors de la 34e journée de L1. Voilà les Verts 4e à 2 pts de la 2e place et les Nordistes 5e à 2 pts de l'ASSE. La pression est sur Monaco qui recevra Marseille dimanche. L'opération maintien de Toulouse continue même si le TFC a concédé le nul 1-1 à Lorient dans les arrêts de jeu. Les Toulousains ne sont plus qu'à trois points de la 17e place occupée par Reims, battu 2-1 à Troyes.

3 victoires et 1 nul sur les 5 derniers matches et une dynamique incroyable, Toulouse n'a plus du tout le même visage depuis que Pascal Dupraz en a pris les rènes. Habitué des sauvetages avec Evian, le technicien a su insuffler de la confiance à un groupe sclérosé. A Lorient, elle transpirait alors que les Merlus semblaient avoir déjà la tête à leur demi-finale de Coupe de France contre Paris mardi. Et c'est tout un symbole de voir Ben Yedder à point nommé pour marquer à la 49e minute. Malheureusement pour le Téfécé, les matches durent parfois un petit peu plus que 90 minutes. Sur un mauvais renvoi qui a rebondi sur le dos de Braithwaite, Touré a crucifié Lafont d'une magnifique frappe. D'une excellente affaire, Toulouse passe à un bon petit coup puisque ses principaux rivaux ont perdu, Reims à Troyes et Ajaccio contre Lille. 

Les Toulousains Braithwaite et Ben Yedder
Les Toulousains Braithwaite et Ben Yedder

Troyes joue le jeu, royal Boufal

Rarement derby champenois aura été aussi disputé. Pris à la gorge par Troyes, déjà relégué, Reims n'a pas été à la hauteur pendant près d'une heure. Il a fallu un immense Carrasso pour retarder l'échéance mais Camus a logiquement ouvert le score. Dix minutes plus tard, Carrasso fauchait Jean et provoquait un pénalty. Nivet le transformait mais il sonnait du même coup la révolte des Rémois. Le match devenait très intense et le ballon filait d'un but à l'autre. Reims réduisait le score par Bifouma (64e) mais n'arrivait pas à renverser totalement la tendance. La défaite est amère face au voisin qui sort de la L1 avec les honneurs. A Ajaccio, le Gazélec est tombé sur Lille et un Boufal en état de grâce (2-4). Une reprise fabuleuse (19e) et deux frappes gagnantes (74e, 84e), l'attaquant lillois a réussi un triplé et mis le LOSC sur les rails de l'Europe. Avec 6 victoires de suite, les Nordistes ont fait un retour spectaculaire dans le haut du tableau et ce n'est peut-être pas fini.

Roux sauve les Verts, Bordeaux boit la tasse

Saint-Etienne a été bien inspiré de s'imposer 1-0 à Bastia. On s'est beaucoup ennuyé à Furiani mais les Verts ont encore trouvé l'ouverture en deuxième période sur un long ballon pour Théophile Catherine. Le défenseur forézien s'est arraché pour centrer. Au point de penalty, Nolan Roux réussissait une tête plongeante alors que Squilacci était trop court. Buteur lors des quatre derniers matches, Roux a enfin trouvé la bonne carburation. L'ASSE en a bien besoin. Mais avec trois matches à domicile sur les quatre restants, Sainté peut encore croire à la 2e place occupée par Lyon. Les Gones ne sont qu'à 2 pts devant. En revanche, rien ne va plus à Bordeaux qui est retombé dans ses travers face à Angers, longtemps réduit à 10. Au courage et grâce à ses qualités sur les coups francs, le SCO a mis les Girondins au supplice 3-1 au Matmut Atlantique.

Réactions:

Christophe Galtier (entraîneur de Saint-Etienne): "Belle opération comptable pour nous, surtout avec la victoire de Lille à Ajaccio. On se rapproche de ceux qui sont devant avec beaucoup de réalisme dans ce match, une pauvre première mi-temps, plus particulièrement dans le premier quart d'heure, temps fort bastiais habituel. En seconde période, avec des choses différentes, nous avons calmé les ardeurs bastiaises et exploité le peu d'occasions que nous avons eu. Avec tout ce qui se dit sur notre jeu, si mon ambition était supérieure à l'Europa League, il faudrait sans doute m'enfermer (rires). Sur cette fin de saison, Lille ne va rien lâcher et nous devons nous méfier d'eux jusqu'au bout pour la course à l'Europa League".

Pascal Dupraz (entraîneur de Toulouse): Il y a deux ou trois raisons qui me font dire que l'on aurait dû l'emporter. La première, c'est l'interprétation opposée des règlements par deux assesseurs. Ben Yedder est hors-jeu d'un micron, mais on n'hésite pas à lever le drapeau. La deuxième, c'est un coup-franc au bout du match qui est joué quatre mètre en deça de là ou il devait être joué. Qui sait si on n'aurait pas eu suffisamment de force pour dégager le ballon ? La troisième raison, on aurait dû tuer le match, on ne l'a pas fait. Il y a des situations de contre où l'on était plus proches du 2-0 que de l'égalisation. Mais je suis très satisfait de l'état d'esprit des joueurs. Beaucoup de bravoure, ils vont se maintenir. Il reste douze points à distribuer. Cela ne se jouera pas beaucoup au-dessus de la barre des quarante points. On va jouer crânement nos chances"

Olivier Guégan (entraîneur de Reims): "Je suis très déçu de la prestation de mes joueurs. On s'attendait à jouer une équipe qui allait lâcher les chevaux et ça a été le cas. On n'a pas fait un match digne d'une équipe qui a envie de se sauver, notamment en première mi-temps. On était amorphe et on a manqué d'engagement et d'intelligence. On a attendu de se faire fesser pour commencer à jouer. Quand on enclenche mal un match c'est difficile d'inverser la tendance, même si on a eu des occasions pour égaliser. On a manqué de beaucoup trop de choses pour faire un résultat et il va falloir montrer un autre visage pour rester en Ligue 1 . C'est inexplicable de faire un tel match et il va falloir analyser pourquoi. La seule satisfaction c'est que nos adversaires n'ont pas avancé et on va se raccrocher à ça."

Xavier Richard @littletwitman