l'arbitre visé par Chafni "nie formellement" des propos racistes

l'arbitre visé par Chafni "nie formellement" des propos racistes

Publié le , modifié le

Johann Perruaux, arbitre-assistant du match Auxerre-Brest samedi, "nie formellement tout propos à caractère raciste" dont l'accuse le joueur d'Auxerre Kamel Chafni, a-t-il indiqué à l'AFP dans un communiqué lundi. Le milieu bourguignon accuse l'arbitre-assistant de lui avoir répondu "dégage l'Arabe !" lorsqu'il a été le voir pour obtenir des explications sur un fait de jeu. Surpris puis furieux, le joueur a été expulsé par l'arbitre de la rencontre M.Chapron.

"Même si j'ai réagi vivement, suite aux contestations réitérées de M.  Chafni et à son attitude agressive à mon égard, je nie formellement tout propos à caractère raciste", explique M. Perruaux dans un communiqué transmis par le  syndicat d'arbitres SAFE. "Je tiens à la disposition de la justice, que M. Chafni a indiqué qu'il  allait saisir, l'intégralité des pièces en ma possession", précise-t-il. Les  arbitres étant équipés d'oreillettes, il s'agit, selon le SAFE, des  enregistrements sonores de l'échange entre les deux individus. Dimanche en fin d'après-midi, M. Perruaux avait indiqué dans un premier  communiqué que "le quatuor arbitral dispose d'une bande son du match,  enregistrement de tous les propos tenus" et que cette pièce était "à la  disposition de la justice". 

"J'ai demandé à mes conseils de faire le nécessaire pour qu'une plainte  pour diffamation puisse être déposée", poursuit-il dans le communiqué de lundi,  en précisant que dorénavant il "n'effectuera plus aucun commentaire sur cette  affaire" mais qu'en revanche il "donnera bien évidemment toutes les  explications complémentaires concernant les faits aux membres des commissions  sportives qui seront saisies".

"Certains Brestois ont entendu"

De son côté, Kamel Chafni n'avait pas encore déposé plainte au pénal, lundi  soir, comme il l'avait annoncé dès samedi après son exclusion. "Nous attendons de voir avec le club et le président si vraiment nous  portons plainte. Nous verrons. Je ne veux pas m'exprimer là-dessus", a déclaré  le joueur, lundi sur France Bleu Auxerre. "Je ne ferai pas machine arrière même si je dois me retrouver tout seul",  a-t-il toutefois poursuivi assurant avoir "le soutien du club".

"Je sais que certains joueurs de Brest ont entendu (les propos). C'est à  eux d'être courageux. Cela peut arriver à tout le monde, à des collègues, leurs  enfants. Il faut prendre ses responsabilités. J'attends des excuses publiques  et des sanctions de la part de la Ligue", a ajouté Chafni. "S'il (l'arbitre-assistant) m'avait appelé pour s'excuser, nous aurions  trouvé un terrain d'entente mais il n'en a pas pris la peine. Il faudra qu'il  assume ce qu'il a dit", a conclu le milieu auxerrois affirmant "avoir toujours  eu de bons rapports avec les arbitres". "Mais certains gâchent le métier", a conclu Kamel Chafni.

AFP