Mickaël Landreau
Mickaël Landreau jouera samedi son dernier match en Ligue 1 | PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Landreau : "La boucle est bouclée"

Publié le , modifié le

Le 618eme match de Mickaël Landreau, samedi contre son club formateur Nantes, sera son dernier en championnat, avant de finir par la Coupe du monde. C'est un match historique mais surtout très symbolique pour le recordman du nombre de rencontres en Ligue 1 qui estime que "la boucle est bouclée".

- Quand vous avez regardé le calendrier en début de saison, aviez-vous envisagé de mettre un terme à votre carrière après cette rencontre ?
Mickaël Landreau: "Il est certain que ce match joue dans le fait que ce soit mon dernier en Ligue 1. Je l'ai imaginé lorsque j'ai vu le calendrier mais le cheminement devait prendre son temps pour que je puisse assumer cette décision et être sûr que ce soit un choix final. J'aurais pu continuer car physiquement et sportivement je me sens bien mais j'avais envie de maîtriser mon choix et de me fixer moi-même la fin. C'est exceptionnel et incroyable de pouvoir finir de cette manière là. La boucle est bouclée. Je suis heureux que les deux clubs soient sauvés avant ce match et je pourrai pleinement savourer cette soirée très symbolique."
   
- Vous appréhendez cette dernière rencontre ?
M.L. : "Absolument pas ! J'en ai beaucoup parlé cette semaine notamment avec Julien Sablé qui jouera lui aussi son dernier match. Lui est plutôt dans l'état  d'esprit de se dire 'c'est mon dernier mardi, mon dernier mercredi etc'. Moi  pas du tout ! Pour moi, la vie continue. Alors peut-être parce que j'ai encore des objectifs sportifs et des projets pour l'avenir. Je sais que je resterai dans le milieu du ballon rond et que je continuerai à me former dans certains domaines."
   
- Vous avez annoncé votre retraite avant que Didier Deschamps n'annonce sa liste pour la Coupe du Monde. N'avez-vous pas eu peur de faire une grosse erreur ?
M.L : "Cela a fait partie de ma réflexion. Mais je pense que dans notre métier il faut savoir être franc et honnête à un moment donné. Je pense que vis-à-vis de mon club, de ma famille et de mes proches je me devais d'annoncer ma décision à cette période là. Et pour l'équipe de France, la réflexion est la même. Il n'aurait pas été honnête d'attendre la liste des sélectionnés et de dire le lendemain : j'arrête ma carrière en club. Didier Deschamps aurait pu  faire un autre choix et je n'ai pas voulu lui faire à l'envers !"
   
- Pensez-vous que l'équipe de France saura se relever de son triste échec d'il y a quatre ans ?
M.L. : "La France sera toujours un outsider dans les grandes compétitions. Nous sommes une équipe en pleine reconstruction avec des étapes importantes au cours des deux dernières années. Le parcours n'a pas été simple et il s'est dégagé quelque chose de cette équipe au fil des mois. Les gens vibrent de nouveau positivement. Ce qui était loin d'être gagné. Au Brésil nous devrons être dans cet état d'esprit."
   
- Beaucoup ont critiqué votre sélection au détriment de Stéphane Ruffier.  Comment avez-vous vécu ce débat ?
M.L. : Les journalistes sont là pour créer ce genre de débats et c'est normal de le faire. Il est certain que Stéphane a réussi une très grande saison et il  est logique qu'il ait de l'ambition. Mais moi je me suis préparé pour aller  chercher cette Coupe du monde et j'ai essayé de mettre toutes les chances de  mon côté pour y parvenir. Après, c'est le sélectionneur qui a fait ses choix. Je suis bien sûr super heureux de faire partie de ce groupe mais j'aurais accepté qu'on puisse prendre quelqu'un d'autre et j'aurais été le premier supporter de l'équipe de France. Je sais ce que c'est quand on est le 4eme  choix et la déception que cela procure.
 

AFP