Vincent Labrune
Vincent Labrune, en partance de l'Olympique de Marseille | BORIS HORVAT /AFP

Labrune demande de l'air à la presse

Publié le , modifié le

Vincent Labrune était bien plus offensif que son équipe hier après la victoire de l'OM à Montpellier en match avancé de la 24e journée de Ligue 1 (0-1). "Laissez-nous bosser", a demandé aux journalistes le président du club marseillais qui estime que la presse s'acharne sur ses joueurs.

Un tir cadré un but, c'était la marque de fabrique marseillaise hier soir à Montpellier. Un schéma efficace sur le terrain (0-1) et dans les couloirs de la Mosson où le président de l'OM Vincent Labrune a envoyé un message aux journalistes. "On reste sur onze matches sans défaites, on est 3e du championnat sur cette période, on n'a perdu qu'un seul match, en prolongations à Toulouse avec  dix absents, j'espère que là, vous (les journalistes, NDLR) allez nous lâcher un peu, nous laisser respirer, nous laisser travailler", a lancé Labrune.

"Laissez-nous bosser"

Confronté au départ surprise de Marcelo Bielsa après trois journées et un effectif limité, l'OM évolue sur le courant alternatif, surtout au Vélodrome. Après avoir échappé de peu à la défaite face à Lille (égalisation miraculeuse à la 96e minute, ndlr), Labrune espère que ce succès à Montpellier va remettre définitivement son équipe sur les bons rails. En tout cas, il demande du temps et de l'air. L'OM "part de très loin dans ce championnat, on a eu beaucoup de problèmes  en début de saison, on a eu des boulets au pied, maintenant on progresse, laissez-nous bosser, merci et bonne soirée", a conclu Labrune.