Pétard sous le dos d'Anthony Lopes (Lyon)
Alors qu'Anthony Lopes se faisait soigner par les médecins de l'OL, un autre pétard est venu exploser sous son dos ! | JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

La sanction du FC Metz réduite en appel

Publié le , modifié le

La commission supérieure d'appel de la Fédération française de foottball a rendu son verdict vendredi contre le club de Metz, après les jets de pétards en décembre lors d'un match de Ligue 1, entre le club lorrain eyt l'olympique lyonnais. Initialement condamné à trois points de retrait (dont un avec sursis), le FC Metz se voit finalement sanctionné de trois points avec sursis. Une décision plus convenable pour les Grenats, qui peuvent encore saisir le comité national olympique et sportif français puis possiblement le tribunal administratif. Le match Metz-Lyon, interrompu à cause de ces incidents le 3 décembre, sera rejoué à huis clos, le mercredi 5 avril

Après cette décision, Metz récupère donc deux points et repasse du coup 15e de Ligue 1 avec 30 points.

Metz respire 

Pour rappel, cette décision fait suite aux incidents survenus lors de la 16e journée de L1, lorsque le gardien lyonnais Anthony Lopes s'était effondré en pleine rencontre à cause d'un premier pétard lancé par des supporters messins. A terre, et tandis que le médecin du club était à son chevet, il avait été visé par un deuxième pétard. Après une interruption provisoire, l'arbitre avait finalement arrêté définitivement la partie.

Le 5 janvier, en annonçant la sanction infligée à Metz, le président de la commission de discipline de la Ligue, Sébastien Deneux, avait assumé une "décision inédite et sévère", pour sanctionner des "faits inédits et totalement intolérables". Le président du club Bernard Serin avait aussitôt dénoncé une décision "incompréhensible", estimant que Metz était "la victime" dans cette affaire, l'otage de "quelques individus à qui on confère le pouvoir d'influencer sportivement les compétitions".

Avec cette nouvelle décision, Metz respire un peu, en fin de classement.