La pression sur Montpellier et Lille

La pression sur Montpellier et Lille

Publié le , modifié le

La victoire de Paris à Valenciennes (4-3) dimanche condamne les deux autres concurrents pour le titre, Montpellier et Lille, à la victoire, ce soir, lors de la fin de la 36e journée de L1. Les Lillois reçoivent Caen, toujours pas sauvé de la relégation, alors que les Héraultais se rendent à Rennes, qui ambitionne toujours l'Europe. Même objectif pour St-Etienne lors de la venue de l'OM. En bas de classement, match important pour le maintien entre Lorient et Dijon.

A trois journées de la fin du championnat, les choses se décantent. En arrachant dans la douleur une deuxième victoire consécutive, le PSG a comblé son retard sur Montpellier alors que le match nul de Lyon contre Brest a condamné l'OL à oublier le podium. Ils ne sont donc plus que trois à briguer le titre de champion. Avec deux succès étriqués contre St-Etienne et à Valenciennes, Paris détient une dynamique très positive, d'autant plus que le revers à Lille semblait l'avoir presque condamné pour le titre. En jouant avant ses deux rivaux, l'équipe de Carlo Ancelotti les a placés sous pression, reprenant provisoirement la place de leader qu'elle n'espérait plus.

Rennes amoindri

A Montpellier, l'heure est grave. Après le nul et surtout les expulsions (Belhanda, Lacombe) contre Evian-Thonon, précédant les déclarations maladroites de Belhanda, René Girard va savoir si ses troupes ont du caractère, et la capacité de gérer cette pression immense. "Il nous faut montrer que l'on n'a pas la pression, jouer et conserver le même état d'esprit pour ce match à Rennes. La fin de saison dépend de nous", rappelle l'expérimenté défenseur brésilien Vitorino Hilton. "J'ai un groupe exceptionnel, qui fait une saison exceptionnelle. Il a toujours répondu présent, il va répondre présent. L'ouragan Katrina n'est pas passé chez nous. Le groupe est sain, a envie de faire un truc et veut aborder ces matchs en toute sérénité", assure le technicien, qui a protégé son groupe et ciblé la presse comme principal fauteur de troubles. 

La réaction est donc attendue, mais ce ne sera pas simple à Rennes, contre une équipe vexée par la défaite à Bordeaux (2-0) et qui n'a pas perdu l'espoir de Ligue Europa. En cela, le nul de Lyon dimanche donne le moral aux troupes de Frédéric Antonetti, qui doit néanmoins se passer de plusieurs cadres, blessés: Danzé, Apam, Erding, Mangana, Pajot. "Ces absences sont embêtantes mais j'alignerai une équipe compétitive", prévient l'entraîneur Frédéric Antonetti. "Il va falloir faire preuve de caractère. On ne doit pas attendre un faux pas de l'adversaire pour être européen", précise-t-il. Ancien de la Paillade, l'attaquant Victor Hugo Montano affiche ses ambitions: "Il faudra veiller à les prendre au sérieux car ils sont en forme. Mais nous sommes capables de battre des équipes comme Montpellier, nous avons l'effectif pour leur faire face".

Lille sprinte en embuscade

A Lille, les quatre derniers matches, pour autant de victoires, ont redonné l'espoir de conserver le titre. Avec un Hazard en pleine forme et visiblement pas perturbé par ses réflexions sur l'Angleterre, le LOSC est redevenu une machine à gagner. Et dans ce sprint final, c'est vital. "Nous nous trouvons à la place que nous convoitons, la troisième. Si nous terminons mieux, ce ne sera que du bonus", relativise Rudi Garcia. "Il arrive toujours un moment dans la saison où les choses se concrétisent. Cela peut être le cas lundi car si nous prenons le meilleur sur Caen, nous entérinerons quasiment notre troisième place. Pour l'instant, Paris et Montpellier possèdent leur destin entre leurs mains. On verra lundi soir si c'est toujours le cas". Et Rio Mavuba, son capitaine, fait également profil-bas: "C'est sûr, ce sera très compliqué, il faudrait que l'on gagne tout et que les deux autres calent, ça fait beaucoup, non ?" Cela commence avec la venue de Caen, équipe capable de tout, et qui doit surtout assurer son maintien.

L'Europe, c'est aussi ce que vise Saint-Etienne. La défaite à Paris n'a pas laissé que des regrets: "Nous pouvons continuer à rêver si nous évoluons avec le même état d'esprit qu'au Parc, explique l'entraîneur des Verts. Nous voulons battre le récent record de points du club, celui de la saison 2007-2008, qui était à 58 unités", rappelle Christophe Galtier. Joshua Guliavogui ne cache pas que le match contre Marseille peut être un tournant: "Face à l'OM, lundi, il faudra gagner pour garder nos chances et nos espoirs de décrocher une place européenne. Pour cela, il faudra être plus efficace."Après 13 matches sans victoire, les Olympiens ont renouvé avec les 3 points contre Nancy: "Retrouver le goût de la victoire a été agréable", concède l'entraîneur Didier Deschamps. "On va jouer libéré et sans pression les trois matches sans enjeu qu'il nous reste." Un danger pour les Verts ?

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze