Philippe Montanier et René Ruello
Philippe Montanier et René Ruello, nouveaux hommes forts du Stade Rennais | AFP - THOMAS BREGARDIS

La Ligue 1 au crible: le Stade Rennais

Publié le , modifié le

La Ligue 1 débute le 8 août. Avant le début de cette nouvelle saison, Francetvsport vous propose un Tour de France des 20 clubs de l'élite. Aujourd'hui, le Stade Rennais.

L'objectif: remonter dans la première moitié du classement

Alors que le club n'était jamais descendu au-delà de la 9e place entre 2003 et 2012, le Stade Rennais vient de vivre deux saisons plus tumultueuses, conclues à la 13e puis à la 12e place. L'Europe n'était plus dans la ligne de mire du club, et l'échec en finale de la Coupe de France contre Guingamp, le 3e échec sur la dernière marche (Coupe de France 2009 et 2014 contre Guingamp, Coupe de la Ligue contre Saint-Etienne en 2013) ont terni un peu plus le bilan. Du coup, la révolution de palais s'est poursuivie. Après le départ notamment de Jean-Luc Dréossi, emblématique directeur sportif, c'est tout l'organigrame du club qui a été changé. Exit Saint-Sernin, le nouveau président est René Ruello, revenu aux commandes avec des pouvoirs élargis, tout comme ceux de Philippe Montanier, désormais directeur technique et sportif du club en plus de la charge de l'équipe première. Sur le terrain, Alessandrini, Pitroipa, Bakayoko, Féret et Kadir sont partis, le Mozambicain Mexer, le Brésilien Pedro Henrique, l'Autrichien Hosiner, le Macédonien Zajkov ainsi que le vétéran Sorin et l'Ajaccien André sont arrivés. La nouvelle mayonnaise doit désormais prendre.

Le joueur à suivre: Ola Toivonen

Arrivé en janvier 2014 en provenance du PSV Eindhoven, Ola Toivonen a été une bouée de sauvetage pour le Stade Rennais. Sept buts en quinze matches de Ligue 1, il a été très rapidement performant, inscrivant même quatre buts lors de ses cinq premiers matches. Avec son mètre quatre-vingt-neuf, il aime s'imposer physiquement, mais apprécie bouger sur tout le front de l'attaque. Dans sa carrière, il a d'ailleurs été souvent placé en milieu de terrain. Si le Suédois connaît la même réussite que lors du premier semestre, Rennes retrouvera une belle place dans le haut du classement. Et il fera oublier les départs d'Alessandrini ou Pitroipa.

La recrue: Mexer

Contraint comme beaucoup de clubs à ne pas trop dépenser, Rennes a cherché ses recrues dans les championnats moins médiatiques. Le Brésilien Pedro Henrique vient du FC Zurich, l'Autrichien Hosiner de l'Austria Vienne, le Macédonien Zajkov de Skopje. Et il y a Mexer. L'international du Mozambique a évolué dans trois clubs portugais (Sporting, Olhanense, Nacional). C'est là que les recruteurs bretons l'ont dégoté. Sur l'ile de Madère, ce défenseur central rugueux de 1.87m a plu. A tel point qu'il devait venir dès janvier, mais le transfert avait avorté. Assez rapide et surtout très athlétique, Edson André Sitoa, dit Mexer, peut être le complément parfait de Sylvain Armand en charnière centrale. Il devra néanmoins s'adapter au jeu et à l'arbitrage de la L1.

Le chiffre: 43

Cela fait 43 ans que le Stade Rennais n'a pas gagné un titre dans l'élite. Depuis la Coupe de France 1971 (en laissant de côté le titre de champion de D2 en 1983), le club joue à cache-cache avec les trophées. Les échecs en finale de Coupe de France (dans le derby beton en 2009 et 2014) et Coupe de la Ligue (2013) n'ont fait qu'accentuer l'impression de vide. 

Le tweet: Jeunesse, expérience, Français et étrangers, le cocktail du mercato rennais