Fabinho - El Shaarawy
Fabinho et Stephan El Shaarawy | VALERY HACHE / AFP

La forteresse Monégasque n’est plus imprenable

Publié le , modifié le

Eliminé par Valence en barrage de la Ligue des Champions mardi, l’AS Monaco a fait preuve, comme depuis le début de la saison, d’une fébrilité défensive qu’on ne lui connaissait pas la saison dernière. Alors qu’il semblait être le principal concurrent du Paris Saint-Germain dans la course au titre, Monaco n’a pour le moment pas convaincu et paraît pour le moment bien loin de pouvoir contrecarrer les plans du PSG, qu’il reçoit ce soir à Louis II (21h00).

Cruelle désillusion. Mardi, Monaco recevait à Louis II le club de Valence pour accrocher une place pour la phase de poules de la prochaine Ligue des Champions. Pour ça, les Monégasques devaient absolument s’imposer en marquant deux buts sans en encaisser. Si l’attaque a fait son boulot avec les buts de Raggi et Echiejile (défenseurs de métier), les Monégasques se sont finalement presque condamnés tous seuls. Quatre minutes seulement après le coup d’envoi, Alvaro Negredo ajustait Daniel Subasic d’un lob de toute beauté. Un geste de grande classe de la part de l’attaquant espagnol, mais qui le doit en partie à une relance de débutant plein axe de la part de Fabinho. Une balle dans le pied qui rappelle les errements défensifs du match aller à Mestalla et ceux entrevus également en ce début de championnat. Des erreurs qui ne pardonnent pas, mais surtout qui étonnent lorsque l’on sait que Monaco pouvait se targuer d’être la meilleure défense d’Europe l’année dernière.

La parole n’est plus à la défense

Réputé comme ennuyeux la saison passée, le club du Rocher a visiblement pris ses dispositions cet été pour offrir un jeu plus flamboyant à ses supporters. Sont ainsi arrivés sur le Rocher Stephan El-Shaarawy, Farès Bahlouli, Ivan Cavaleiro ou encore Guido Carrillo. Des joueurs pour certains techniques, pour d’autres rapides, mais avec la même caractéristique : celle d’être des profils à vocation offensive.  Le secteur défensif n’a lui pas été renforcé outre mesure. Seul Fabio Coentrao est arrivé en provenance du Real Madrid pour pallier au départ de Layvin Kurzawa à Paris. Mais aucun défenseur central n’a encore posé ses valises sur le Rocher, malgré un Aymen Abdennour plus que jamais sur le départ après l'échec européen de l'ASM. Le défenseur Tunisien, véritable patron de la défense Monégasque l’année dernière, n’a pas été aligné une seule fois par Leonardo Jardim cette saison.  

Aymen Abdennour
Aymen Abdennour

Une absence qui pourrait expliquer la fébrilité défensive affichée par le club de la Principauté depuis le début de la saison. Son départ quasiment acté, les dirigeants Monégasques devront s’activer dans ces dernières heures de mercato pour lui trouver un remplaçant. Car la défense Monégasque, pierre de touche de ses conquêtes de la saison dernière, est au bord de la rupture. Avec quatre buts encaissés face à Valence en deux matches, les Monégasques ont encaissé quasiment autant de buts en Ligue des Champions que lors des dix matches de leur épopée 2014/2015 (5 buts encaissés). La forteresse rouge et blanche est aujourd’hui plus que jamais friable avant la réception de l’ogre parisien. 

Un PSG presque au complet

Un PSG qui arrivera en confiance au Stade Louis II. Malgré un début de saison plutôt mitigé dans le jeu, Paris a pour le moment assuré l’essentiel avec trois victoires en trois matches. Il faut remonter à la saison 2005/2006 pour retrouver un Paris Saint-Germain avec neuf points à ce stade de la saison. À l’époque, les stars de l’équipe s’appelaient Pauleta, Jérôme Rothen, mais aussi Christophe Landrin, Sergueï Semak, Stéphane Pichot ou Bonaventure kalou. Un autre temps. Si Javier Pastore est forfait pour ce déplacement, Laurent Blanc pourra compter sur les retours de Zlatan Ibrahimovic et de Marco Verratti, ainsi que sur la première apparition dans le groupe d’Angel Di Maria. Un PSG avec quasiment toutes ses forces offensives donc. Un moindre mal quand on sait que sur les quatre buts marqués depuis le début de la saison, un seul l’a été par un joueur offensif (Lucas face à Lille) et que c’est pour le moment Blaise Matuidi qui endosse le costume de meilleur buteur du club avec deux buts. Si Monaco figurait comme outsider numéro 1 du PSG en début de saison, il apparaît aujourd’hui comme la "meilleure équipe" pour relancer les attaquants parisiens. Et en cas de défaite, le club de la Principauté pourrait déjà pointer à 7 points du leader….

Mathieu Aellen