La joie des joueurs du PSG lors du Trophée des Champions
La joie des joueurs du PSG lors du Trophée des Champions | FRANCK FIFE / AFP

L1 saison 2015/2016: PSG, la passe de quatre ?

Publié le , modifié le

Ultra-dominateur sur la scène nationale, le Paris Saint-Germain a la lourde tâche de gagner encore et toujours. Avec un effectif peu chamboulé en nombre mais bien amélioré en qualité, le club de la capitale vise ni plus ni moins que le titre pour la quatrième année consécutive et un (très) beau parcours européen.

L’objectif : comment faire mieux ?

Comment un club qui vient de remporter les six derniers trophées nationaux peut-il espérer faire mieux ? C’est l’équation que va devoir résoudre Laurent Blanc cette saison. Triple champion de France, le PSG est en course pour un quadruplé que seuls deux clubs ont réussi dans l’histoire (l’AS Saint-Etienne entre 1967 et 1970 et évidemment l’Olympique Lyonnais et ses sept titres de 2002 à 2008). Voilà qui peut déjà faire entrer le PSG version QSI dans l’histoire de notre chère Ligue 1. Et après ? Un jeu léché pourrait aider ce Paris-Saint Germain à être plus qu’un champion de France. Mais la vérité s’écrira sur les terrains européens. Paris doit encore franchir un cap. Les demi-finales sont un bel objectif. La gagne en C1 un doux rêve mais la devise du nouveau PSG n'est-elle pas justement "Rêver plus grand" ?

Le joueur à suivre : Marco Verratti

Zlatan vieillissant, Cavani inconstant, Pastore intermittent du spectacle, le vrai joyau du Paris Saint-Germain est bel et bien Marco Verratti. Arrivé de Pescara sur la pointe des pieds en 2012, le jeune (22 ans) italien n’a cessé de prendre de l’importance au sein du collectif parisien. Choyé par Ancelotti, parfois mis en garde par Blanc, Verratti a disputé 42 matches toutes compétitions confondues en 2012/2013, 48 en 2013/2014 et 52 en 2014/2015. L’année dernière, le fantasque milieu de terrain a même amélioré ses statistiques. Avec le départ de Thiago Motta susurré, Verratti est plus que jamais le garant du jeu parisien. L’explosion est attendue.

L’entraîneur : Laurent Blanc​

Lui aussi est arrivé sur la pointe des pieds. A l’été 2013, les dirigeants du Paris Saint-Germain cherchent un grand nom pour remplacer Carlo Ancelotti. Las, le seul disponible est Laurent Blanc. Attendu au tournant, le « Président » répond présent. L’exploit parisien face à Chelsea en 8e de finale de la dernière Ligue des Champions lui confère un statut différent. Aujourd’hui, Blanc a fait taire les critiques. Ne lui reste plus qu’à faire franchir un nouveau cap à son Paris Saint-Germain tout en assurant l’hégémonie nationale.

La recrue : Angel Di Maria

Sans faire injures à Kevin Trapp et Benjamin Stambouli, le mercato parisien était triste jusqu’à la signature d’Angel Di Maria. Libéré par l’UEFA des contraintes financières liées au fair-play financier, le PSG a fait signer sa star du mercato. L’Argentin arrive de Manchester, où il a connu une saison compliquée, contre 63 millions d’euros. Reste à savoir quel Di Maria Paris va-t-il récupérer ? Le Di Maria flamboyant de sa dernière saison au Real ou le poussif Mancunien ? Autre question : où Laurent Blanc va-t-il l’utiliser ? A priori dans son 4-4-3 en pendant de Cavani sur le côté droit. Au gré des blessures et de l’évolution de la saison, l’Argentin pourrait aussi retrouver un poste plus axial.

Le tweet: déjà un titre​​