Steve Mandanda et ses coéquipiers de l'OM
Steve Mandanda et ses coéquipiers de l'OM | ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

L1 saison 2015/2016: l'Olympique de Marseille, à quitte ou double

Publié le , modifié le

Quatrième l'an dernier, l'Olympique de Marseille, en manque de moyens, a dû se réinventer cet été pour rivalier avec Paris, Lyon et Monaco. En misant sur la jeunesse et des paris, les Phocéens se lancent dans une saison à quitte ou double.

L’objectif : Le podium sinon rien

L’an dernier, Marcelo Bielsa avait clamé haut et fort que ne pas finir sur le podium « serait un échec ». Échec il y a eu donc. Et maintenant ? Monaco devenant de plus en plus solide, on imagine la deuxième place dure à aller chercher (mais on le disait déjà l’année dernière). Et Lyon ? Les Gones sortent d’une saison sublime et comptent bien rester dans le top 3. Oui mais à Marseille, la Ligue des Champions est une religion. Et ne pas finir dans les trois premiers serait vu comme un camouflet pour le peuple olympien. Le recrutement marseillais mêle jeunesse, pari et expérience. Cette saison, l’Olympique de Marseille joue à quitte ou double.

Le joueur à suivre : Michy Batshuayi

Il y a bien longtemps que tous les attaquants de France et de Navarre n’avaient pas tous été annoncés du côté de la Canebière. Gignac parti, on aurait pu imaginer que son remplaçant serait traqué. Que nenni car l’OM a en son sein un certain Michy Batshuayi. Celui que la Belgique a surnommé « le Balotelli belge ». Un grand talent mais des frasques en tout genre. Puis une arrivée à Marseille et une saison sans écarts et neuf buts inscrits en 26 matches (dont six seulement comme titulaire). Si on ne peut pas dire que « Michy » a fait éclater son talent aux yeux de la France, il a en tout cas fait montre de belles qualités. Qu’il doit désormais assumer car derrière lui, l’OM ne compte aucune vraie pointe. Après lui, le désert….

L’entraîneur : Marcelo Bielsa

Le feuilleton de l’été. Partira, partira pas ? Reviendra, reviendra pas ? Prolongera, prolongera pas ? L’aura de Marcelo Bielsa à Marseille a beau être égale à la ferveur des Marseillais pour leur club, l’image d’ « El Loco » a forcément été, au minimum, troublée. Comment défendre un entraîneur qui manque la reprise de son équipe ? De par son attitude et sa prégnance (logique) sur le recrutement, le technicien argentin a grillé ses jokers et n’a plus le droit à l’erreur. Ça tombe bien, ses équipes sont souvent meilleures lors de la deuxième saison.

La recrue : Lassana Diarra

La première partie du mercato olympien avait laissé pantois beaucoup de supporteurs. Bouna Sarr, Georges-Kévin Nkoudou et Karim Rekik n’étaient pas au goût de tout le monde. Avec Lassana Diarra, le niveau s’est sérieusement rehausser. Abou Diaby a beau être plus clinquant, car tout le monde espère le revoir apte à faire une saison entière, le vrai bon coup c’est bien « Lass ». Passé par Chelsea, Arsenal et le Real Madrid, le joueur formé au Havre dispose d’une expérience en tout point supérieure à la totalité du reste de l’effectif olympien. Son côté ratisseur va faire le plus grand bien à une équipe qui en a grand besoin. Quand Diarra sera au top physiquement, il y a de fortes chances pour qu’il devienne le chouchou du Vélodrome.

Le tweet​