Söderlund joie
Söderlund explose de joie après son but face à Lyon | AFP

L1: Lyon peut être vert

Publié le , modifié le

Alors que l'Olympique lyonnais maîtrisait la rencontre, c'est Saint-Etienne qui a arraché la victoire (1-0) dans ce 100e derby en L1, dimanche, lors du match de clôture de la 21e journée. Söderlund est le héros du peuple vert, tout comme Ruffier, auteur de nombreux arrêts déterminants. L'ASSE réalise ainsi une belle opération en remontant en cinquième position, à seulement deux points du podium et de la 3e place occupée par Angers. L'OL se retrouve neuvième…

Outre l'aspect symbolique que représentait ce 100e derby en L1, ce Saint-Etienne – Lyon avait son importance sur le plan comptable. Les deux équipes comptant le même nombre de points, l'éventuel vainqueur allait réaliser une belle opération, d'autant qu'il se replacerait dans la course au podium. La tension était donc palpable au moment du coup d'envoi, et elle tardait à redescendre chez certains joueurs, à commencer par l'imposant Bayal Sall qui avait promis un match musclé, et qui n'hésitait pas à montrer à un Grenier plus fluet, qu'il aurait du mal à le franchir ce soir.

66% de possession lyonnaise

Après 25 minutes de jeu, certains contacts restaient toujours aussi rugueux, mais en termes de spectacle, on attendait toujours de voir du beau football… De ce côté, l'OL proposait un jeu plus vif et plus fluide, alors que l'ASSE souffrait techniquement. Avec 66% de possession, les hommes de Bruno Genesio combinaient bien, mais sans pour autant parvenir à faire sauter le verrou vert, celui-ci semblant un peu plus costaud qu'au match aller (succès 3-0 des Lyonnais). Et s'il fallait retenir une action, ce serait sans aucun doute la superbe parade de Ruffier sur une frappe à ras de terre de Ghezzal (43e). 

Clément Grenier cherche la solution face à Moustapha Bayal Sall
Clément Grenier cherche la solution face à Moustapha Bayal Sall

L'absence de nombreux joueurs clés tels que Perrin, Hamouma, ou Clerc pouvait éventuellement expliquer le manque de liant dans le jeu stéphanois, et sans un nouvel arrêt de Ruffier sur un coup franc de Grenier, l'OL aurait pris un avantage mérité (50e). Cinq minutes plus tard, ce n'était pas la main du portier de Sainté qui sauvait la mise, mais sa barre transversale, sur une frappe de Ghezzal, déviée par Théophile-Catherine.

Söderlund, héros d'un soir

Après la leçon infligée à l'aller, les Stéphanois étaient bien décidés à montrer un autre visage, et même si la technique ne suivait pas forcément ce soir, la volonté d'offrir un bon résultat à leur public était grande. Mais plus grande encore était la joie des Verts lorsque, contre le cours du jeu, Söderlund trouvait la faille dans la défense lyonnaise après avoir profité d'un ballon récupéré par Monnet-Paquet (1-0, 76e). Presque surpris, tout le stade Geoffroy-Guichard exultait, et grâce à de nouvelles parades spectaculaires de Ruffier face à des Lyonnais pourtant affamés dans les dernières minutes, Saint-Etienne tenait sa vengeance.

Romain Bonte