L'entraîneur de Lorient Christian Gourcuff
L'entraîneur de Lorient Christian Gourcuff | THOMAS BREGARDIS / AFP

L1: Lorient battu et relégable, Bordeaux chute à Caen

Publié le , modifié le

A 7 journées de la fin du championnat, Lorient a intégré pour la 1ère fois de la saison la zone de relégation, lors de la 31e journée. Avec une victoire depuis décembre, les hommes de Christian Gourcuff ont perdu gros en s'inclinant (2-0) chez un concurrent direct, Nice qui passe devant. C'est aussi le cas de Caen, qui remporte une importante victoire (1-0) sur Bordeaux, sa 1ère lors des 7 derniers matches. Les Girondins perdent leurs dernières illusions européennes

Avant le choc médiatique PSG-OM, c'est le bas de classement qui avait droit aux honneurs de la Ligue 1 dans l'après-midi. Nice-Lorient, c'était le 16e contre le 17e, et comme dans le même temps Caen, 18e, recevait Bordeaux, 8e, la zone de relégation pouvait changer. Cela a été le cas.

Sur la Côte d'Azur, il a fallu attendre la deuxième période pour que les choses se décantent. Parti à la limite du hors-jeu, Mounier, plein de sang-froid et d'adresse, ouvrait son pied pour tromper la sortie d'Audard depuis les 20m (49e). Une ouverture du score qui faisait chavirer le stade du Ray, et c'était carrément du délire lorsque Civelli reprenait, comme à son habitude, de la tête un coup franc pour doubler la mise (57e). Son 4e but de la saison, son 4e de la tête. Avec ce succès (2-0), les Aiglons confirment leur victoire à Saint-Etienne et se donnent un bon bol d'air frais. A Lorient, cette défaite place pour la première fois de la saison l'équipe en position de relégable. Et ce n'est que la 4e fois que cela lui arrive depuis sa remontée en L1 en 2006-2007. A sept matches de la fin, il ne reste plus beaucoup de temps pour interrompre cette spirale négative.

Dans l'autre match, après avoir concédé trois matches nuls (1-1) dans les ultimes minutes lors de leurs trois derniers matches, les Bordelais avaient une toute dernière occasion de se donner le droit de rêver d'Europe en cette fin de saison. Mais une superbe tête plongeante de Seube dès la 2e minute contre-carrait les plans de Francis Gillot. Et le penalty non cadré d'Obraniak (14e) et plusieurs parades exceptionnelles de Thébaux dans les buts caennais préservaient ce score et cette victoire (1-0) qui sort les joueurs de Franck Dumas de la zone de relégation. Pour Bordeaux, cette défaite sonne le glas des derniers minces espoirs d'Europe qu'ils pouvaient entretenir en cas de belle série. Sans victoire lors des quatre derniers matches, et avec une seule victoire lors des 7 derniers matches, c'est raté.

Réactions

Franck Dumas (entraîneur de Caen): "On a joué avec l'état d'esprit, fait de peur et d'envie, le classement et les obligations du moment. Nous avons été réalistes. Mais on n'a rien sans rien, il faut se bouger le cul, c'est le minimum. Les joueurs ont été récompensés de leurs efforts, cette victoire était vitale. On a trois points, basta. Maintenant, je sais que mon équipe c'est 'Dr Jekyll et Mr Hyde', il faut avoir cette mentalité à chaque match. Le jeu, on sait qu'on est capable de le produire. J'aimerais redire qu'on a besoin du public. Qu'ils viennent pour le match, c'est génial, mais à un moment donné il faut des encouragements. Il restait 5 minutes et le stade s'est mis à gronder, c'est hyper important pour les joueurs."
Francis Gillot (entraîneur de Bordeaux): "Comme d'habitude, j'ai des regrets. On ne joue qu'en deuxième période, comme d'habitude, on n'est pas efficace, devant et derrière. Eux ont une demi-occasion et marquent, nous on peut jouer deux heures de plus sans marquer. C'est compliqué de gagner en commençant à jouer à la 46e minute. En première période je n'ai pas vu mon équipe, pas sentie cette envie de gagner. En deuxième période on était là. Mais on est toujours dans la réaction, c'est le mal de cette équipe cette année. Heureusement qu'il y a eu cette série de trois victoires en février car sinon on aurait pu être dans les trois derniers. En jouant comme ça on ne risque pas de gagner beaucoup de matches."
René Marsiglia (entraîneur de Nice): "On attendait les trois points pour confirmer Saint-Etienne. Nous avons fait une entame timide et tendue. L'ouverture du score nous a mis en confiance. C'est une satisfaction car l'équipe a montré du caractère, de la solidarité et de la combativité. Des qualités qui nous seront nécessaires pour la suite. Cette victoire nous permet de rester en course pour le maintien. Anthony Mounier a eu une alerte au quadriceps de la cuisse gauche et s'est arrêté immédiatement pour éviter toute blessure grave".
Christian Gourcuff (entraîneur de Lorient): "Nous avons abordé ce match avec discipline et application. En première période, même si nous avons eu quelques situations, nous avons eu des difficultés à sortir de la pression mise par Nice sur ses deuxièmes ballons. Une fois encore, nous n'avons pas su faire face à l'intensité imposée par notre adversaire et nous avons explosé. On est à peu près sur le même scénario depuis le début de la phase retour. Nice ne nous a pas donnés de leçon de football mais dès qu'il a haussé l'intensité, nous n'avons pas su réagir. Au Ray, nous voulions nous refaire par rapport à notre 'non-match' d'Evian. La situation est préoccupante depuis un moment dans la mesure où nous ne gagnons pas de rencontre. On ne la découvre pas ce dimanche. Nous avons devant nous un calendrier compliqué mais nous allons jouer nos chances à fond. Mais aujourd'hui, nous avons encore perdu Romao expulsé pour une faute directe sans doute due à l'énervement, et peut-être Lamine Koné pour qui l'on craint une élongation aux ischios".

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze