Nolan Roux - Lille
Nolan Roux a ouvert la marque pour les Lillois | AFP - DENIS CHARLET

L1 - Lille s'impose face à Ajaccio

Publié le , modifié le

Le Losc a dû attendre la 8e journée de L1 et la réception d'Ajaccio pour décrocher son premier succès dans son Grand Stade (2-0). Des buts de Roux et Mendes ont assuré la victoire des hommes de Rudi Garcia. Dans le même temps Reims a dominé Nice (3-1), Bastia s'est imposé au forceps contre Troyes (3-2) et Toulouse est revenu de loin contre Valenciennes (2-2).

Lille débloque son compteur à domicile

Une victoire en sept matchs de championnat. Une 16e place anonyme. Avant de recevoir Ajaccio tous les voyants étaient au rouge du côté de Lille. Une raison suffisante pour que Rudy Garcia revoit ses plans. Exit Dimitri Payet, bonjour Tulio De Melo et Nolan Roux. Une recomposition souhaitée et forcée en l'absence de Marvin Martin, Salomon Kalou et Rio Mavuba pour blessures. Beaucoup de changements qui se sont avérés payants. Avec un succès (2-0), les champions de France 2011-2012 se sont offert un peu de répit. Ils sont provisoirement 10e du classement.

Passé la première demi-heure de match assez terne, le Losc a fini par trouver la bonne carburation pour perturber la défense corse. Pedretti (33e min) plaçait une première banderille mais voyait son coup-franc échouer sur la barre d'Ochoa. Ce n'était que partie remise puisque dix minutes plus tard Nolan Roux débloquait la situation sur un centre parfait de l'international Mathieu Debuchy. Un avantage qui était conforté contre le cours du jeu grâce à une réalisation de Mendes (58e). Son premier but en L1 synonyme de grand bol d'air pour le Grand Stade.

Quand l'attaque va mieux, la défense en profite. Pendant que ses copains trouvaient le chemin des filets, Mickael Landreau retrouvait des couleurs sur sa ligne de but. Critiqué pour sa dernière prestation en Ligue des Champions, le portier sortait le grand jeu pour contrer Adrian Mutu (67e), toujours à la recherche de sa première réalisation en L1.

Lille remporte donc son deuxième match de la saison et de quoi s'aérer un peu l'esprit après des prestations très critiquables. Les Nordistes évitent la crise. Et c'est déjà une grande victoire.

Toulouse s'arrache face à Valenciennes

La grosse surprise du soir a failli venir de la rencontre entre Toulouse et Valenciennes. Menés (2-0) au cours de la première période, les hommes d'Alain Casanova ont renversé la vapeur dans un match très compromis. Dans un stade Municipal cueilli à froidvpar les deux réalisations précoces de Kadir (12e) et de Sanchez (15e) il a fallu attendre la seconde période pour voir les Violets reprendre des couleurs. Ben Yeddez (56e) et Regattin (90e) sauvaient l'honneur des joueurs de la ville rose, 8e du classement.

Dans les autres matchs de la soirée, le promu Reims a perpétué sa belle série. Face à Nice, les joueurs de Huber Fournier se sont imposés (3-1) grâce à un but de Diego (16e) et un doublé de Gaëtan Courtet (87e). Entre temps Cvitanich avait remis les deux équipes à égalité. De quoi offrir provisoirement aux Rémois la 4e place du classement.

Dans le même temps, Rennes s'est offert un peu de répit sur la pelouse de Sochaux grâce à un but en début de rencontre de la recrue Melvut Erding (7e). Les Bretons sont désormais 11e à l'occasion de la 8e journée.

L'honneur de la Corse était finalement sauvé en fin de soirée puisqu'en marge de la défaite d'Ajaccio, Bastia sur sa pelouse par Troyes. Un match heurté par deux expulsions très sévères de l'arbitre du match, M. Lesage qui a sanctionné côté troyen N'Sakala et Thiago. L'ouverture du score était venue pour Bastia par Rincon sur un csc (17e). Perreira (27e) remettait les deux équipes à égalité avant que Modeste (38e) ne refasse basculer la balance en faveur de Bastia. Un avantage de courte durée puisque Pereira (49e) min transformait un pénalty généreux et s'offrait un doublé. Bastia a ensuite pensé prendre une nouvelle fois les commandes de la rencontre mais Modeste manquait son pénalty. Une maigre compensation pour Thiago accusé d'une main dans la surface qu'il n'avait pas commise et expulsé pour contestation. Mais à neuf contre onze, la lutte était clairement disproportionnée Toifilou Maoulida offrait la victoire à son équipe d'une tête rageuse à la 88e.