Salvatore Sirigu PSG
Le gardien italien du PSG Salvatore Sirigu | AFP - FRANCK FIFE

L1: la dernière ligne droite pour le Mercato

Publié le , modifié le

Les clubs de L1 ont encore une semaine pour terminer leurs emplettes et peaufiner leur effectif en vue de la deuxième partie de saison. Mais rien ne dit que la tendance va s'inverser.

Jusqu'à présent, on ne peut pas dire que ce mercato a été très agité, loin de là, et rien ne dit que les derniers jours de la période des transferts vont être plus mouvementés… "J'ai l'intuition que personne ne va venir", a par exemple ressenti l'entraîneur de l'Olympique de Marseille, Michel. Ce dernier milite pourtant en coulisses pour s'attacher les services d'un avant-centre supplémentaire. Le club ne possédant que peu de liquidités, le recrutement d'un joueur tel que le Toulousain Wissam Ben Yedder semble de moins en moins probable. D'autres techniciens profitent de cette période pour recadrer certains éléments. A l'issue de la pénible qualification des Verts pour les 8e de finale de la Coupe de France face à Ajaccio (2-1 ap), Christophe Galtier n'a pas mâché ses mots. "Il reste dix jours de mercato et certains vont prendre la porte", a lâché l'entraîneur de Saint-Etienne. Mais pour le moment, les mouvements de joueurs sont très peu nombreux.

Toujours très attendu depuis l'arrivée des investisseurs qataris, le Paris Saint-Germain lui-même semble peu concerné par le grand marché d'hiver. Laurent Blanc avait d'ailleurs indiqué qu"il ne "se passera pas grand-chose", malgré les quelques rumeurs insistantes. Relégué sur le banc depuis l'arrivée de Kevin Trapp, Salvatore Sirigu pourrait finalement rester, à moins qu'une offre de dernière minute ne parvienne aux dirigeants parisiens. La blessure de Cédric Carrasso du côté de Bordeaux, pourrait peut-être relancer une piste pour l'Italien… Pour Ezequiel Lavezzi, un retour en Italie reste d'actualité, notamment du côté de l'Inter, qui attend notamment le départ pour la Chine de Freddy Guarin.

Qu'attendent Toulouse, Lille et Montpellier ?

Pour le moment, on cherche toujours "LE" transfert de l'hiver. Il y a bien eu les départs à Lyon, de Milan Bisevac (Lazio) et de Claudio Beauvue (Celta Vigo), ou les prêts des Monégasques Gabriel Boschilia (Standard de Liège) et Rony Lopes (Lille), mais rien de bien exaltant, notamment au niveau des arrivées. Le PSG donc, mais aussi Marseille, Montpellier, Caen, Bastia, Ajaccio, Reims ou encore Rennes n'ont pas enregistré le moindre mouvement. Pourtant, ils sont nombreux les clubs désireux d'insuffler un nouvel élan à leur équipe. Si Troyes a presque fait une croix sur son maintien, d'autres qui jouent leur survie parmi l'élite savent qu'ils peuvent encore profiter de cette période pour repartir du bon pied. Toulouse qui a été corrigé à Monaco (4-0), Montpellier qui cherche toujours un entraîneur, mais aussi Lille qui souffre d'un effectif trop riche et disparate.

Finalement, ce sont davantage les entraîneurs –pas concernés par la période des transferts- qui ont fait parler d'eux cet hiver. Après la démission de Rolland Courbis à Montpellier, et son engagement à Rennes à la place de Philippe Montanier, puis le remplacement de Hubert Fournier par Bruno Génésio à Lyon, la L1 a plutôt parlé des coachs que des joueurs. Il reste désormais sept jours pour que cette tendance s'inverse, mais à vue de nez, l'arrivée d'une nouvelle super star en L1 n'est pas d'actualité.

Romain Bonte