Balotelli avec Nice content contre Marseille 11092016
Après avoir brillé contre l'OM, Mario Balotelli veut récidiver en C3. | VALERY HACHE / AFP

L1 : Avec Super Mario Balotelli, Nice crucifie l'OM

Publié le , modifié le

Mario Balotelli a réussi son entrée en Ligue 1 avec un doublé inscrit lors de la victoire de Nice sur Marseille 3-2 en clôture de la 4e journée. L'attaquant italien a ouvert le score sur penalty avant d'égaliser de la tête. Les Aiglons ont arraché la victoire sur une frappe puissante de Cyprien (88e). Que de regrets pour les Phocéens qui avaient montré un nouveau visage plus alléchant. Avec ce succès, Nice occupe la 2e place du classement.

Tel le Corcovado, l’Italien s’est présenté les bras ouverts face au kop azuréen. Quelques secondes plus tôt il ouvrait le score sur un penalty obtenu par Seri. Malgré les tentatives déplacées d’intimidation de Bafétimbi Gomis, Balotelli avait trouvé le petit filet, tout juste hors de portée du gant de l’albatros Pelé (1-0, 7e). Titulaire pour la première fois sous le maillot niçois, Mario Balotelli nous a fait rajeunir jusqu’à ses belles années milanaises. Le temps a passé et l’Italien a perdu de sa superbe mais son retour sur les pelouses ne laisse personne indifférent. A court de forme, il a parfois peiné à suivre le rythme de ce match enlevé ou s’est enfermé dans des choix trop individuels. Mais par moment, ses coups de patte ont provoqué une étincelle. Son déboulé et sa frappe puissante ont failli tromper Pelé (17e). Son centre vers Pléa était aussi un régal (60e). A court de carburant après l’heure de jeu, Balotelli n’a toutefois rien perdu de sa finition. Il était bien au rendez-vous pour l’égalisation de la tête sur une offrande de Pereira (78e).

Balotelli superstar, l'OM séduisant

Entre-temps, l’OM avait encaissé les coups et les avaient rendus. Pour la première fois de la saison, les Olympiens paraissaient à l‘aise dans leur maillot. Passi a certainement trouvé une formule intéressante avec Gomis en pointe alimenté par un trident Sarr – Leya Iseka – Thauvin. Ce dernier a démontré qu’avec plus de constance il pouvait être le déclencheur que l’OM attend. C’est lui qui égalisait d’une frappe au premier poteau après une passe de Leya Iseka (1-1, 14e). Il aurait même pu inscrire un doublé si Cardinale ne s’était pas interposé sur un face-à-face (41e) ou sur une reprise trop écrasée (59e). Pour reprendre la main dans ce match, Marseille avait eu besoin d’un penalty. Koziello avait suivi Sarr jusque dans la surface et l’avait retenu bêtement par le bras. Bafé Gomis ne ratait pas le penalty si généreusement offert par les Niçois (1-2, 72e).

La L1 a changé d'ère

Alors qu’on pensait que le match avait basculé en faveur de l’OM, Nice renversait à son tour la table. La tête de Mario Balotelli (2-2, 78e) puis la frappe puissante de Cyprien où Pelé n’était pas exempt de tout reproche (3-2, 88e). Certes la balle était flottante mais le portier olympien a manqué son intervention des poings. Avec ce succès tardif, la soirée est belle pour Nice qui colle à son voisin monégasque et qui lance en beauté la carrière française de Balotelli. L’enfant terrible du football italien n’est pas attendu comme le messie à l’Allianz Riviera mais s’il parvient à faire oublier Hatem Ben Arfa le pari des dirigeants niçois sera gagné. Ce soir, la L1 est définitivement sortie de l’ère Zlatan pour entrer dans le monde de Super Mario.