Balmont Gonalons Lyon Dijon 022017
Balmont et Gonalons au coude à coude | AFP

L1, 26e journée: Lyon revient de loin face à Dijon

Publié le , modifié le

Le Dijon FCO a bien failli mettre à terre l'Olympique lyonnais, mais ce dernier s'est finalement imposé 4-2, lors de la 26e journée de Ligue 1. Ce succès est précieux pour l'OL qui conforte sa quatrième place au classement et creuse l'écart sur son premier poursuivant Saint-Etienne, son grand rival ayant perdu dans le même temps 2-1 contre Montpellier.

Restant sur trois revers en quatre rencontres de championnat, les Lyonnais devaient impérativement montrer un nouveau visage face à Dijon, plutôt concentré sur le maintien que sur la première partie de tableau. Et comme le craignait Ollivier Dall’oglio, l’OL s’est employé dès les premières minutes à imposer son jeu, à l’image d’une belle frappe enroulée de Memphis, détournée d’un rien par Reynet. C’est finalement sur un corner détourné légèrement de la tête par Gonalons, que Tolisso ouvre le score (1-0, 11e).

Tout allait donc pour le mieux pour Lyon, jusqu’à ce que Dijon relance totalement la partie à la faveur d’un splendide but de la tête de Tavares (1-1, 30e). La défense rhodanienne démontrait une nouvelle fois sa fébrilité et grâce à un Reynet auteur d’arrêts décisifs, les Bourguignons tenaient la dragée haute aux hommes de Bruno Genesio. Le Parc OL sentait que le vent avait tourné du mauvais côté, et trois minutes après la pause, Diony confirmait cette tendance après avoir profité d’une mauvaise relance de Gonalons (2-1, 48e).

Si Reynet continuait de dégoûter les attaquants lyonnais, que ce soit Lacazette ou Ghezzal, sa réussite allait finalement prendre fin à dix minutes de la fin, grâce à un deuxième but de Tolisso (2-2, 80e). A force de pousser, les coéquipiers de Gonalons récoltaient le fruit de leurs efforts sur un pénalty transformé par par Lacazette, à la suite d’une faute de Tavares sur Diakhaby (3-2, 85e). Cette fois, le match avait trouvé son vainqueur, d’autant que Fekir enfonçait le clou dans les dernières minutes (4-2, 90e).

Romain Bonte