krychowiak
Grzegorz Krychowiak. | AFP

Krychowiak, l'indispensable

Publié le , modifié le

Formé puis snobé par Bordeaux, Grzegorz Krychowiak s'éclate aujourd'hui à Reims. Encore auteur d'une prestation de haute volée dimanche soir face aux Lillois, l'international polonais n'est pas étranger au beau parcours des Rémois, 7e de Ligue 1.

A voir la performance de Grzegorz Krychowiak dimanche soir, Bordeaux doit s'en mordre les doigts. Contre Lille,  l'International Polonais était partout. Tantôt sentinelle, tantôt meneur de jeu, le natif de Gryfice s'est même offert le luxe d'inscrire le but du break, mettant Reims à l'abri d'une éventuelle égalisation nordiste. Résultat : Reims est 7e à égalité de points avec Marseille, et pointe à 8 longueurs de son adversaire du soir. Mais Krychowiak n'en est pas à son premier fait d'arme. Le 2 Mars 2013, l'ancien Girondin, déjà en passe d'accomplir la saison la plus aboutie de sa jeune carrière (40 matches), le milieu de 23 ans offrait la victoire aux Champenois sur la pelouse d'Auguste-Delaune. Près d'un an plus tard, le Polonais est plus fort, plus puissant, plus régulier. Et si Krychowiak était le meilleur joueur qu'ait connu le Stade Rémois depuis bien des années ? 

Sous-côté 

En 2004 à l'occasion d'une rencontre entre les U16 Polonais et Français, l'ancien Nantais avait tapé dans l'oeil de Philippe Goubet, alors recruteur pour les Girondins de Bordeaux. Très vite, il avait rejoint les Obertan, Saivet et autres Sertic, et s'imposait rapidement comme un taulier de l'équipe réserve. Ne se voyant offrir aucune opportunité d'évoluer dans le groupe pro, "Krycho" était prêté à Reims, en National. Le début d'une longue histoire d'amour avec la Champagne, entrecoupée d'un retour furtif à Bordeaux et d'une saison convaincante à Nantes. Après avoir connu la montée en Ligue 2 avec le Stade, il devenait un pensionnaire de la Beaujoire, et ravissait les supporters canaris par son activité incessante et son esprit de combattant. Pourtant, curieusement, Nantes ne s'est jamais battu pour le garder. En 2012, Reims flairait le bon coup et négociait habilement le retour de Krychoviak en Champagne pour la somme "ridicule" de 800 000 euros.

Un an et demi plus tard, Reims peut être fier de son choix. Auteur de trois buts depuis le début de la saison, l'International Polonais aurait même été récemment sondé par l'Olympique Lyonnais, à la recherche d'un milieu défenseur en cas de départ de Maxime Gonalons. 

Jean Charbon