portrait Antoine Kombouaré PSG 08 2010
L'entraîneur du PSG Antoine Kombouaré | AFP - Bertrand Guay

Kombouaré: "pas de plan sur la comète"

Publié le , modifié le

Antoine Kombouaré a indiqué ne pas "faire de plan sur la comète" pour la fin de saison où l'équipe parisienne peut encore envisager d'accrocher la 3e place, synonyme de Ligue des Champions. Après la défaite de son équipe (1-0) pourtant mercredi à Bordeaux en match en retard de la 36e journée de L1, qui a bien compromis ses chances, l'entraîneur du PSG pense que son équipe peut se relever.

 Comment expliquez-vous ce revers ?       

C'est surtout la très mauvaise entame de match, le plus mauvais scénario. On avait une équipe de Bordeaux, qui était bien sûr fébrile et qui était en difficulté. Mais on a permis à cette équipe de prendre confiance avec ce contre sur un corner et ce penalty. On n'a pas été au rendez-vous, c'est une grosse déception, maintenant on n'a plus notre destin en mains. Il va falloir reprendre des forces, c'est notre quatrième match en neuf, dix jours. Il faut vite se remobiliser parce qu'on a la réception de Lille. Il faut que ça se passe bien avec une victoire à la clé.

On a l'impression d'un peu de colère...

"Déçu, oui. On est forcément en colère quand on met en place un schéma et que ça ne passe pas comme on le souhaite. Vous avez vu l'effectif qu'on a, il y a de la fatigue forcément. Surtout, sur cette deuxième mi-temps, on a eu du mal à enchaîner, du mal dans les courses, on a moins de jus, moins de peps. On fait des efforts, on s'accroche, on se bagarre et quand on a quelques situations, Carrasso fait un grand match. Forcément ça complique le match, le résultat".

Le président Leproux était très en colère, comprenez-vous qu'après s'être bercé d'illusions, il y ait eu ce match-là ce soir ?

"Ce n'est pas évident parce qu'il y a des enjeux énormes, mais forcément le joueur pense à son match pas aux enjeux économiques. Aujourd'hui la meilleure réponse était de gagner les duels comme on l'a fait en première mi-temps ou d'avoir le réalisme qu'on n'a pas eu. Les joueurs en sont conscients, mais à un moment, on a l'impression qu'on n'a plus de jus. C'est compliqué. Je ne fais pas de plan sur la comète. On a la fin de la saison pour faire le bilan, d'autant qu'on a un match très important dans trois jours. On a l'occasion de gagner contre Lille, certainement le futur champion de france. Essayons de relever, ça passe forcément par une victoire samedi".