Antoine Kombouaré
Antoine Kombouaré | AFP - BORIS HORVAT

Kombouaré : "Je voulais des hommes ce soir"

Publié le , modifié le

L'entraîneur du Paris SG Antoine Kombouaré a exprimé des sentiments mitigés samedi après le nul ramené de Rennes (1-1), déçu par le résultat final mais très satisfait du comportement de ses joueurs: "Je voulais des hommes ce soir", a-t-il déclaré.

Q: Quel sentiment vous laisse ce match nul concédé dans les dernières minutes?
Antoine Kombouaré: "C'est un sentiment mitigé. Le premier, c'est une grosse déception, car quand on a la chance de mener et qu'il reste deux minutes, il faut être plus solides et moins naïfs que ça. On avait décidé de les empêcher de prendre de la vitesse. Mais là... On apprend de ses erreurs, j'espère que c'est la première et la dernière fois. Et puis, il y a une grosse satisfaction, avec une bonne base. On a été solides et disciplinés, on a joué, il faut s'appuyer sur ça."

Q: Quelles satisfactions tirez-vous de la prestation de vos joueurs?
AK: "Beaucoup de satisfactions. On a montré du caractère. Je voulais des hommes ce soir, capables de répondre présent, qui n'aient pas peur de jouer et qui soient disponibles. Qui soient capables de créer du mouvement, de jouer le ballon dans les pieds, ce qui a permis d'anesthésier Rennes. Il faut être techniquement au point."

Q: Que manque-t-il au Paris SG pour décoller?
AK: "Les joueurs présents ont besoin de travailler pour être au point et créer des automatismes. Avec le physique, si on monte en puissance, il y aura la capacité à faire le dernier geste. On a surtout besoin que les joueurs qui sont en retard dans la préparation puissent combler leur déficit. C'est de ça dont on a besoin aujourd'hui. On l'a vu pour Ménez, aussi bon qu'il ait été ce soir. De même pour Gameiro, Matuidi et Bisevac. Forcément ils ont du retard et il faut travailler. Les remplaçants? Tout le monde est concerné. Camara (entré en jeu pour remplacer Sakho, blessé, NDLR), Erding aussi. Je leur dis de se tenir prêt. C'est nouveau pour eux de connaître autant de concurrence, mais ils sont au départ d'un super projet. Soit on a un petit PSG avec plus de chances de jouer mais moins de chances de titre, soit vous montez une grosse équipe, et alors il ne faut pas se plaindre de la concurrence."

AFP